lundi 8 décembre 2014

LE DOSSIER DE LA SEMAINE - 8 12 2014 - 7:43 -

Des infiltrations pour l’arthrose du genou

L’arthrose qui nous préoccupe aujourd’hui est celle du genou, fréquente, hélas, et invalidante. Elle concerne 65% des personnes de plus de 65 ans et 80% de plus de 80 ans.

Les genoux, qui doivent supporter le poids du corps,  font partie des articulations les plus sollicitées au quotidien. L’arthrose est une détérioration importante et progressive du cartilage de l’articulation du genou. Il s’agit souvent de l’articulation située entre le fémur et le tibia mais celle placée entre la rotule et le fémur peut aussi être affectée.

Les symptômes

Les premiers symptômes peuvent ressembler à des brûlures sur le devant du genou en particulier. Puis on constate l’apparition de difficultés à la marche, notamment en descente quand on pratique un sport tel que la randonnée.

Mais, à la maison par exemple, on peut souffrir en montant un escalier. L’articulation devient moins facilement mobile, et des douleurs surviennent lors de la mobilisation du genou. Elles disparaissent généralement au repos et ne réveillent pas la nuit.

Les symptômes rendent l’arthrose invalidante lorsque les douleurs et la gène sont importantes. La maladie est confirmée par une appréciation de la mobilité du genou et une observation des conditions d’apparition de la douleur. Une radiographie (suivie d’une IRM) confirme le diagnostic et permet de déterminer la zone atteinte.

La médecine douce

Quand la douleur est faible et peu fréquente, ou d’une chronicité aléatoire, je pratique l‘auriculothérapie, toujours royale dans ce genre de pathologie, appuyée par une séance (ou plusieurs…) de réflexologie plantaire qui permettent de relâcher les tensions et de freiner la sensation de douleur: en effet, une gonarthrose peut aussi provoquer des douleurs au niveau de la hanche, voire du bassin.

Le traitement qui prolonge la séance est à base de plantes anti-inflammatoires (à prendre sur 2 mois au moins), d’homéopathie ou encore de gemmothérapie (bourgeons et racines de plantes), très efficace.

Mais quand la douleur devient constante, accompagnée de crampes et d’une contraction des muscles de la cuisse, il faut passer à un traitement différent et un peu plus “agressif”.

La “visco supplémentation” à l’acide hyaluronique

Dans la gonarthrose, à l’usure du cartilage vient s’ajouter la perte de qualité du liquide synovial articulaire qui est un élément essentiel du maintient d’un cartilage sain. Ce liquide synovial a deux rôles essentiels.

-Lubrifiant, il aide au glissement normal du cartilage grâce à la viscosité du liquide synovial.

-Il a un rôle protecteur:  le cartilage est nourri grâce à l’élasticité du liquide synovial.

L’acide hyaluronique vient remplacer le liquide synovial déficient afin d’atténuer ou enrayer la douleur, réduire la raideur articulaire en contribuant à améliorer la mobilité. Les infiltrations de gel d’acide hyaluronique sont prises en charge en partie par la sécurité sociale dans le cadre de l’arthrose du genou si elles sont prescrites et réalisées par un spécialiste rhumatologue, chirurgien ou radiologue. Elles sont réalisées en cabinet médical, aujourd’hui le plus souvent sous radioscopie, en toute asepsie et nécessitent seulement de ménager son articulation 2 ou 3 jours.

Les infiltrations intra-articulaires de Plasma Riche en Plaquettes (PRP)

Le PRP a des propriétés cicatrisantes par ses facteurs de croissance: au contact de la lésion ostéocartilagineuse du genou, ou des lésions ligamentaires et tendineuses, les plaquettes (responsables de la formation de caillots lors de la coagulation sanguine) libèrent une douzaine de puissantes protéines contenues dans les granules alpha des plaquettes, responsables de la cicatrisation tissulaire.
Le PRP  peut accélérer le processus de cicatrisation de l’arthrose du genou, des lésions du cartilage et méniscales, du ligament ou de tendons.

Un prélèvement sanguin est effectué dans une veine puis le sang est centrifugé et le plasma surnageant, riche en plaquettes, est injecté dans la lésion. Après l’injection, une compression est réalisée pendant quelques secondes, un pansement mis en place et maintenu pendant 24 heures.

Le repos est essentiel, strict pendant 48 heures.

Que ce soit le comblement à l’acide hyaluronique ou le PRP, il faut quand même préciser que ce ne sont pas des solutions miracles. Chaque patient réagit différemment. Certains sont soulagés (compter un mois et demi à deux mois de délai), d’autres pas et nécessitent une deuxième infiltration quelques mois plus tard.

L’avantage si cela marche est de redonner du confort, de supprimer la douleur, et de retarder, ou de supprimer une intervention chirurgicale.

Sources: maxisciences.com/ clinique-arthrose.fr/medecineesthetiquemexico.com)

Tags: , , , ,

Laissez un commentaire ou posez une question