mercredi 1 décembre 2010

LA PLANTE DE LA SEMAINE - 1 12 2010 - 6:52 -

LE MAITAKE

Les champignons sont des êtres vivants tout à fait singuliers : ce ne sont ni des végétaux, ni des animaux. Mais ils sont indispensables au processus de la vie. Dans le monde entier, on étudie aujourd’hui leurs propriétés médicinales étonnantes, en particulier, dans le traitement des maladies dégénératives et du cancer, mais aussi pour venir à bout de nombreuses pathologies moins lourdes.

Longtemps associés au diable et à la sorcellerie, les champignons ont été pris pour des êtres fantastiques habitant les forêts. Bien des peuples ont aussi utilisé leurs propriétés hallucinogènes pour accéder à une autre dimension du réel.

Les Asiatiques, eux, ont toujours su appliquer les soins par les champignons et la mycothérapie est, depuis 2000 ans, une des branches essentielles de la phytothérapie extrême-orientale. C’est sans doute pour cette raison que la plupart des champignons médicinaux dont les effets sont confirmés aujourd’hui (par l’expérience des praticiens asiatiques et les recherches dans les hôpitaux chinois) sont issus de la flore d’Extrême-Orient.

Le maïtaké

Champignon de la santé et de la jeunesse et utilisé dans la médecine chinoise traditionnelle et au Japon depuis des siècles, le maïtaké (Grifola Frondosa) tire son nom d’un mot japonais qui veut dire “champignon dansant“. Jusqu’à récemment, le maitake ne pouvait être cueilli qu’à l’état sauvage. Étant donné la grande valeur de ce champignon dans la pharmacopée orientale, on raconte que ceux qui en trouvaient « dansaient de joie » au moment de leur découverte, d’où le surnom de « dancing mushroom ».

Les Européens considèrent les champignons comme des aliments fins et les Nord-Américains s’en méfient en raison de leur potentiel toxique. Pour leur part, les Orientaux leur ont toujours réservé une place de choix dans leurs pharmacopées traditionnelles. La plupart d’entre eux sont considérés comme des « toniques » puisque l’on croit qu’ils augmentent la résistance de l’organisme à différents types de stress.

Depuis 1979, on sait comment le cultiver. Les Japonais en sont encore les principaux producteurs, et cette production ne cesse d’augmenter pour répondre aux demandes grandissantes du marché occidental.

Les recherches sur le maïtaké

Les études et les recherches montrent que le Maïtaké possède les vertus thérapeutiques les plus prometteuses contre la fatigue, l’hypertension, l’obésité, le diabète, l’excès de cholestérol et les cancers.

Le Maïtaké a une très forte teneur en un composé polysaccharidique spécifique appelé « bêta 1-6 glucane », que les chercheurs considèrent comme l’un des plus puissants immuno-stimulants.

Autre propriété intéressante, il peut absorbé par voie orale en gardant toute son efficacité. Les recherches ont démontré que le bêta 1,6 glucane du Maïtaké active différentes cellules du système immunitaire : lymphocytes T ,macrophages et cellules tueuses ces dernières attaquant directement les cellules cancéreuses qui forment la tumeur.

Les chercheurs d’aujourd’hui concentrent leurs recherches sur les effets des polysaccharides du maitake, des substances qui agissent de façons multiples et complexes sur le système immunitaire.

On pense que ces composés pourraient s’avérer utiles contre diverses maladies du système immunitaire, comme le sida et le syndrome de fatigue chronique, ou pour soutenir l’organisme pendant un traitement de chimiothérapie anticancéreuse.

Aux USA, la fraction D du Maïtaké ( Grifola frondosa) a récemment obtenu un IND ( Investigational New Drug Application) du FDA pour conduire une étude pilote de phase II afin de vérifier ses effets sur des patients atteints de cancers avancés du sein et de la prostate.

Au Japon la fraction D du Maïtaké est utilisée en traitement complémentaire à la chimiothérapie pour en soulager les effets secondaires et renforcer la réponse immunitaire. Les résultats sont évalués sur la base de la prolongation de la vie, la régression des tumeurs ou des lésions, augmentation des réponses immunitaires et sur les effets secondaires. Une autre application importante s’adresse aux patients atteints d’hépatite B chronique et aux séropositifs atteints d’hépatite B.

 Les herboristes attribuent au maitake une action adaptogène. Il s’agit d’un concept qui se rapproche de celui de « tonique » utilisé par la Médecine traditionnelle chinoise et par la médecine kempo japonaise qui s’inspire essentiellement de cette dernière. Ce concept est loin de faire l’unanimité parmi les chercheurs et, dans l’état actuel de la recherche, il constitue tout au plus une intéressante piste d’exploration.

Que soigne le maïtaké ?

Le cancer. Lors de recherches préliminaires menées in vitro et sur des animaux, des scientifiques japonais ont observé une action antitumorale et immunomodulatrice des polysaccharides extraits du maitake. Les mêmes chercheurs ont mené des essais sans groupe placebo ni groupe témoin auprès de patients souffrant de diverses formes de cancer. Les résultats indiquent que ces polysaccharides, notamment ceux désignés sous le nom de fraction-D ou fraction-MD, pourraient stimuler le système immunitaire des cancéreux. Il faudra toutefois attendre d’autres études avant de conclure à l’efficacité du maitake, ou de ses extraits, à cet égard.

L’hypertension artérielle. Les résultats d’essais menés sur des animaux indiquent que la consommation de maitake pourrait avoir un effet légèrement hypotenseur, ce qui pourrait expliquer l’usage traditionnel de ce champignon pour prévenir les troubles cardiovasculaires. Ces résultats n’ont pas encore été confirmés par des essais sur des humains.

Divers. On a répertorié deux cas anecdotiques bien documentés au sujet de l’effet hypoglycémiant d’un supplément de polysaccharrides du maitake chez des diabétiques de type 2, chez qui il semble également avoir entraîné une perte de poids. Ces effets ont aussi été constatés chez des souris.

Attention aux Interactions

Avec des plantes ou suppléments

Les effets du maïtake pourraient, théoriquement, s’ajouter à ceux des plantes ou des suppléments qui ont un effet hypoglycémiant ou hypotenseur.

Avec des médicaments

Les effets du maitake pourraient, théoriquement, s’ajouter à ceux des médicaments qui ont un effet hypoglycémiant ou hypotenseur.

Tags: , ,

Laissez un commentaire ou posez une question