mercredi 31 août 2011

LA PLANTE DE LA SEMAINE - 31 08 2011 - 6:44 -

LE YARSAGUMBA

Le Yarsagumba ou Yarchagumba est un champignon qui pousse au Népal dans les contreforts de l’Himalaya à plus de 4000 mètres d’altitude.

Les indiens l’appelle « la plante insecte » en raison de son origine. En effet, le yarsagumba est en fait le résultat d’un champignon qui a infecté une chenille ((Hepialus fabricius) pour s’en nourrir et finalement la tuer. A la mort de l’insecte, le Yarsagumba (qui signifie “ver d’hiver, plante d’été” en tibétain), continue de se développer et prend l’aspect d’une tige noire en forme de doigt haute de quelques centimètres.

Le champignon sort de terre lors de la fonte des neiges et ne se récolte qu’une seule fois par an pendant les quelques semaines que dure le printemps.

Les conditions difficiles de la récolte du Yarsagumba en font un champignon rare et cher. Aujourd’hui, en Asie, le prix du kilo de Yarsagumba se négocie entre 4000 et 8000 euros. Les milliardaires chinois se l’arrachent à prix d’or, ce qui fait encore monter sa cote, notamment sur Internet en Europe. La récolte de Yarsagumba est devenu l’unique moyen de subsistance pour des milliers de nomades tibétains qui ont été sédentarisés par Pékin dans les provinces chinoises du Litang, du Sichuan et du Naqu.

LES VERTUS DU YARSAGUMBA

C’est la partie aérienne du Yarsagumba, appelé le carpophore, qui est utilisée dans la médecine traditionnelle tibétaine et chinoise.

En Inde, comme au Népal, au Bhutan ou au Tibet, le yarsagumba est utilisé en médecine traditionnelle.
On le dit très efficace pour lutter contre la fatigue, soigner les problèmes respiratoires affectant les bronches et les poumons, et en particulier l’asthme,  et faire baisser le taux de mauvais cholestérol. Il retarderait aussi l’apparition des cirrhoses.

Dans la médecine traditionnelle chinoise, le Yarsagumba est utilisé  pour soutenir les convalescents, stimuler le système immunitaire et renforcer les fonctions des reins, du foie et des poumons et lutter contre l’impuissance.  Mais le Yarsagumba est principalement recherché pour ses propriétés aphrodisiaques. dans les années 1990, plusieurs athlètes chinois ont affirmé que le Yarsagumba avait amélioré leurs performances sportives, ce qui a encore accru sa popularité.

Plusieurs études menées en Chine montreraient que le Yarsagumba est efficace pour stimuler une fonction sexuelle déficiente. Plusieurs grammes de ce puissant médicament pouvant donner aux plus anciens leur vigueur d’antan.

Le “Viagra tibétain” peut être bu en infusion ou absorbé en poudre. Consommé chaque matin au petit-déjeuner, il aurait le pouvoir de revigorer la vie sexuelle.

Posologie: prendre deux à trois gélules par jour, à avaler avec un verre d’eau au cours des repas.

12 Commentaires

Laissez un commentaire ou posez une question