La réflexologie plantaire


Et si on parlait d’abord du mot « réflexe » et que l’on cherchait ce que disent les dictionnaires ? « Réflexe : contraction musculaire involontaire répondant à une stimulation externe ».
Si mes doigts appuient sur un point situé sous ou sur un pied, sur une main, sur un visage, ou ailleurs encore sur un corps, cette réflexothérapie (littéralement traitement par points réflexes) va déclencher des réactions locales et globales.

Une thérapie globale

La médecine classique, de plus en plus technique, dissocie l’homme de son environnement et le fractionne en morceaux pour le confier ensuite à des spécialistes.

La réflexothérapie examine cette carte de géographie compliquée qu’est le corps humain et s’arrête dans certaines régions qui sont seulement des points de départ permettant de mieux voir l’ensemble du paysage.
Cette approche globale ou « holistique » va prévenir ou réparer les désordres énergétiques en s’appuyant sur le système nerveux et rétablir la libre circulation de l’énergie dans notre organisme.

L’énergie vitale, véritable force de vie, circule entre les organes, imprégnant chaque tissu vivant. Si un blocage se produit, la zone affectée en souffre et les problèmes apparaissent.
En stimulant les systèmes circulatoires et lymphatiques, en dispersant un trop plein d’énergie ou en la déplaçant, en induisant la libération des toxines accumulées, la réflexologie aide le corps à se guérir.
En libérant le flux énergétique, on peut aussi déclencher la production d’endorphines donc apaiser la douleur, réduire les contractions musculaires et les tensions nerveuses.

Que soigne la réflexologie plantaire ?

Difficile de vous répondre. Evidemment pas les maladies neurodégénératives telles que la maladie d’Alzheimer, ni la Maladie de Steiner ni des pathologies dites « lourdes », comme un cancer.

Fuyez comme la peste ceux qui vous assurent pouvoir tout « guérir ».

Dans certains cas, nous pouvons seulement améliorer, soulager, accompagner. Dans d’autres, (du lumbago à la migraine en passant par la dépression ou la ménopause), nous pouvons aller jusqu’au bout et vous permettre d’en finir avec ce qui vous préoccupe.

Je vous ferais grâce de l’histoire de la réflexologie plantaire, née en Chine pour certains, en Inde pour d’autres, en Egypte pour d’autres encore…rendez-vous sur mon site, www.reflexologie-janneau.fr , vous trouverez de quoi satisfaire une curiosité bien légitime.

En ce qui concerne les techniques de massage, quelle que soit la partie du corps traitée, mais en particulier le pied, il est bon de rappeler que le réflexologue peut masser en rotation, en reptation, par frictions, par effleurages, par pétrissage, en modulant la pression de ses doigts.
Ce qui est essentiel, c’est ce qui se passe entre le soignant et le soigné : la relation de confiance est indispensable et c’est au soignant de l’établir, par sa présence, son écoute, son regard, une attention permanente et, bien sûr sa compétence.

Quelques recommandations

La connaissance du corps humain sur le bout des doigts est primordiale : ce qui veut dire que le thérapeute qui vous prend en main doit vous comprendre immédiatement, différencier le physique du psychique mais entendre aussi vos non-dits, interpréter justement ce que raconte votre regard, votre attitude, votre histoire personnelle. Sa perception de vos soucis, sa compréhension de vos émotions, son empathie, sont autant de qualités qui font la différence.

De la même façon, je trouve qu’il est important que le réflexologue ait une bonne connaissance des médicaments allopathiques, de leurs principes actifs et de leurs effets secondaires. Ceci peut permettre de gagner du temps et de ne pas attribuer l’origine d’un symptôme à un organe qui n’y est pour rien.

Je dirais enfin que vous avez le droit de savoir d’où vient la personne qui vous traite, quel est son parcours professionnel, ses études, sa méthode. Le monde des médecines dites douces ou alternatives est une jungle et le massage, des pieds (ou d’ailleurs !), est très à la mode. Attention aux propositions des instituts qui font un peu tout, des personnes qui n’ont pas de cabinet, pas de téléphone fixe, pas de références.
Renseignez-vous, c’est important. Et si vous voulez du sérieux, je vous conseille d’aller sur le site de la Fédération Française des Réflexologues, vous aurez au moins un thérapeute qui s’est donné la peine de faire des études.

En dernier lieu, je vous demande de montrer un peu de patience: une seule séance, parfois, n’est pas concluante. Ne condamnez pas le thérapeute tout de suite, sauf si votre ressenti est vraiment négatif, et surtout, surtout, ne tirez pas un trait sur la réflexothérapie !