lundi 23 mai 2011

LE DOSSIER DE LA SEMAINE - 23 05 2011 - 6:10 -

LA MALADIE DE LYME

Les tiques, (en latin : Ixodes ricinus) sont des arachnides (même famille que les araignées) présents dans la nature, en particulier dans les sous-bois, les clairières et les forêts. Elles peuvent piquer l’homme et provoquer des maladies graves.

La tique se compose d’une tête, nommée « rostre », qui lui permet de se nourrir en suçant le sang de la peau de l’homme et de s’y fixer tout en injectant parfois des bactéries ou virus.

En général les tiques sont présentes dans la nature dès le printemps et peuvent persister jusqu’à l’automne, elles sont souvent présentes dès que la température est supérieure à 10°C et se trouvent la plupart du temps dans des buissons ou des hautes herbes. Les tiques sont en général présentes jusqu’à 1500 m d’altitude.

LA MALADIE DE LYME

La maladie de Lyme est une maladie infectieuse due à une bactérie (Borrelia, dont il existe plusieurs espèces) transmise à l’homme par l’intermédiaire d’une piqûre de tique.

Cette maladie peut toucher plusieurs organes, principalement la peau, les articulations et le système nerveux.

Bien que déjà observée depuis de très nombreuses années en Europe, cette maladie a été décrite en 1975 suite à de nombreux cas d’arthrite chez des enfants et des adultes aux Etats-Unis.

Cette maladie est présente sur tous les continents, mais elle est plus répandue dans les régions tempérées et froides de l’hémisphère Nord (de l’Amérique du Nord à la Chine). En effet, les tiques sont plus nombreuses dans les régions boisées. Elle est présente en Europe et en France,  particulièrement dans les régions de l’est.

LA BACTERIE RESPONSABLE

C’est une bactérie appartenant à la famille des Borrelia, elle est transmise à l’homme par l’intermédiaire d’une piqûre de tique infectée.

Le taux de contamination des tiques est variable d’une région à l’autre, et parfois au sein d’une même région, allant de 5 à 35 %, par conséquent une piqûre de tique n’entraîne pas obligatoirement une maladie de Lyme.

Les tiques se contaminent en parasitant les animaux sauvages et domestiques (elles se gorgent du sang de ces animaux) qui sont les principaux réservoirs de cette bactérie : les rongeurs, le gros gibier et les oiseaux, ainsi que les animaux domestiques (chien, cheval…). La plupart de ces animaux ne développent pas la maladie. La tique ainsi infectée peut donc transmettre la bactérie à l’homme lors d’une piqûre.

Lors de la piqûre, la bactérie se distribue dans la peau puis dans le sang et les tissus.

Une personne infectée suite à une piqûre de tique, ne développe pas forcément la maladie. Et plus la tique reste longtemps, (surtout au delà de 24 heures),  plus le risque de transmission est grand.

L’homme contracte principalement la maladie du printemps à l’automne, lors de balades en forêt, lorsque les tiques ou les nymphes (jeunes tiques) sont nombreuses.

LES PREMIERS SYMPTOMES

Elle apparaît environ 2 à 32 jours après la piqûre de tique et la principale manifestation est une lésion au niveau de la peau appelée érythème chronique migrant qui se situe au niveau de la piqûre de tique. C’est une sorte de « halo » rouge qui s’étend lentement du centre vers la périphérie. Son diamètre peut varier de 3 à à plusieurs dizaines de centimètres.  

Cette rougeur (érythème) n’est pas douloureuse et disparaît spontanément en quelques semaines. Elle n’est pas toujours présente (dans 30 à 50 % des cas) ou peut passer inaperçue.

LES COMPLICATIONS DE LA MALADIE DE LYME

En l’absence de traitement, la bactérie peut disséminer par voie sanguine et entraîner des complications. Des manifestations au niveau de la peau, des articulations, du système nerveux, ou cardiaques peuvent apparaître. Ces manifestations surviennent quelques jours à quelques semaines après la phase primaire.

Cette phase peut guérir spontanément ou évoluer vers la phase suivante.

 Les manifestations cutanées

Les manifestations cutanées sont principalement l’érythème chronique migrant multiple qui peut être présent sur tout le corps et évoluer par poussées. Il s’agit d’une atteinte fréquente aux USA, rare en Europe.

Un lymphocytome cutané bénin peut survenir : c’est une petite lésion saillante de la peau de 1 à 2 cm de diamètre, de couleur rouge-violacé.  

Les manifestations articulaires

Il s’agit de douleurs au niveau des articulations qui peuvent durer plusieurs jours.

Des inflammations articulaires (arthrites) peuvent également se manifester plus tardivement.

Elles touchent principalement les genoux, les épaules et évoluent par poussées. Elles peuvent guérir spontanément.

Les manifestations nerveuses

Des signes nerveux peuvent survenir: maux de tête, névralgies, atteinte des racines des nerfs (radiculite hyperalgique) qui donne de fortes douleurs,  paralysie faciale, méningite lymphocytaire (inflammation des enveloppes du cerveau).

Les manifestations cardiaques

Certaines personnes peuvent également présenter des problèmes cardiaques, essentiellement des troubles du rythme (palpitations, ralentissement du rythme des battements) et plus rarement une inflammation du muscle cardiaque (myocardite).

Ces manifestations sont intermittentes et guérissent souvent spontanément.

Les manifestations oculaires

Une atteinte des yeux survient et elle peut se caractériser par une inflammation de la conjonctive (conjonctivite), responsable d’une rougeur de l’œil. Une inflammation de la cornée (kératite) ou une inflammation de l’uvée (uvéite) peuvent également survenir et être à l’origine d’un œil rouge, de douleurs, de larmoiements, d’intolérance à la lumière (photophobie) et d’une possible baisse de vision.

LA PREVENTION DE LA MALADIE

On peut prévenir cette maladie en prenant des précautions dans les zones à risque.

Ces précautions consistent dans le port de vêtements couvrants au niveau des jambes, des bras et du cou et l’utilisation de produits répulsifs lors de promenades ou de travaux en forêt.

Il est ensuite important de s’inspecter soigneusement à la recherche de tiques afin de les enlever.

L’extraction de la tique doit se faire le plus rapidement possible en la prenant au plus près de la peau grâce à une pince et sans oublier la tête. Il est ensuite conseillé de désinfecter la zone. Après avoir soigneusement retiré la tique, nettoyer la région avec un antiseptique (de l’alcool, par exemple) ou avec du savon doux et de l’eau. Laver bien les  mains à l’eau et au savon.

Demander à un médecin d’examiner les piqûres de la tique, surtout si une éruption cutanée survient ou si des symptômes semblables à ceux de la grippe se manifestent.

 (Sources : Orphanet Grand Public / santecheznous )

Tags: , , , , ,

Laissez un commentaire ou posez une question