jeudi 3 juillet 2014

BONUS - 3 07 2014 - 8:13 -

Reconnaître un comportement passif-agressif

Si vous vous sentez mal à l’aise avec certaines personnes insaisissables, gentilles, très gentilles certes mais un peu ou très fuyantes, vous avez peut-être affaire à un passif-agressif. Si vous vous sentez irrité et complètement impuissant face à un proche qui se plaint tout le temps et  répond “oui mais…” à toutes les suggestions, vous êtes sans doute en train de perdre du temps avec une personnalité porteuse d’un trouble «passif-agressif».

Nous avons tous, à un moment donné de notre vie, adopté un comportement que l’on peut qualifier de « passif-agressif »: par notre silence, notre indifférence, notre éloignement, nous avons ignoré consciemment ou inconsciemment le besoin d’être en relation de notre partenaire.

Le profil type

Ce type de personnalité est très important à détecter en couple, en amitié, ou au travail… pour apprendre à mieux gérer mais aussi à aider. Ce profil très particulier est défini par des comportements qui peuvent être considérés comme étant au carrefour de troubles prépsychotiques et de formes particulières de la dépression. Et vivre avec une personne de type passif-agressif, que ce soit dans le cadre professionnel, social ou amoureux, est très pesant. Cela demande énormément de courage et de persévérance… les qualités qui lui font défaut.

En général, le refus de l’autorité, la résistance au changement, la tendance à la victimisation, la procrastination, le refus des responsabilités et de la compétition, les insinuations pernicieuses, et la tendance au mensonge sont les caractéristiques de ces personnes qui n’expriment jamais leur colère frontalement.

Les passifs-agressifs rejoignent les pervers narcissiques en ce qu’ils maquillent leurs objectifs derrière une façade «aimable». Ils sont proches aussi des manipulateurs, qui veulent exercer une influence sans en avoir l’air. Mais leur manque de confiance en eux les pousse à projeter leur confusion sur l’autre, stratégie de protection acquise souvent depuis l’enfance, dans des familles où l’on n’avait pas l’habitude (ou le droit) d’exprimer sa frustration, ses émotions ou sa colère.

Dans le couple

Cette façon de réagir ne tient absolument pas compte des attentes de l’autre. Dans le couple, cette sorte de passivité est souvent vécue comme un manque d’attention, une négligence blessante et engendre souffrance et désarroi. On peut vraiment parler de violence psychologique.

Questionner, aller au-delà des apparences et chercher à connaître l’autre, est le comportement habituel de la compagne d’un passif-agressif. De même les femmes, dans une sorte d’aveuglement amoureux, persuadées de bien faire, ont tendance à vouloir expliquer à l’autre son comportement. Comportement dangereux tant cette personne là redoute l’intrusion et la perte de contrôle: être à découvert signifie être à la merci de l’autre…

Pour se soigner, le passif-agressif doit se rendre compte qu’il y a un problème, vouloir consulter et enfin, accepter le traitement, quel qu’il soit, allopathique ou autre. Vivre avec ce type de personnes amène à se recentrer, faire un travail sur soi, devenir plus observateur, et adopter une communication non violente, en toutes circonstances !

(Sources: suite101.fr/sante.lefigaro.fr/doctissimo.fr/la-psychologie.com – A lire: “Les violences sournoises dans le couple”, édition Robert Laffont).

Tags:

3 Commentaires

Laissez un commentaire ou posez une question