dimanche 4 mars 2012

LE PROBLEME DU MOMENT - 4 03 2012 - 5:22 -

L’HYPERTROPHIE DE LA PROSTATE

Dénommée également adénome de la prostate, l’hypertrophie de la prostate concerne plus de 6 millions d’hommes à la soixantaine. On estime que près de 60 à 80 % des hommes (de race blanche) en sont atteints à 60 ans. C’est une affection bénigne touchant la prostate.

Cette affection est caractérisée par une augmentation de volume du tissu glandulaire qui compose la prostate, particulièrement dans la zone autour de l’urètre. L’urètre est progressivement comprimé et il arrive que le fait d’uriner devienne difficile.

Les troubles

Si  l’hypertrophie de la prostate peut rester longtemps silencieuse, la compression progressive de l’urètre est responsable de deux types de troubles urinaires :

-des signes irritatifs liés à la rétention d’une certaine quantité d’urine malgré la fin de la miction : augmentation de fréquence des mictions le jour, apparition de mictions nocturnes de plus en plus fréquentes, envies répétées d’uriner parfois accompagnées de fuites urinaires.

-des signes obstructifs liés à la nécessité de franchir l’obstacle prostatique : besoin de pousser pour uriner, faiblesse du jet, mictions rallongées, gouttes retardataires en fin de miction.

Les troubles urinaires liés à l’HBP (hypertrophie bénigne de la prostate) sont facilement identifiables : augmentation des mictions, le jour et la nuit, nécessité de pousser pour uriner, faiblesse du jet et longueur de la miction…

Les complications

En l’absence de tout traitement, il peut y avoir des complications, comme:

-la rétention aiguë d’urine (impossibilité totale et brutale d’uriner) qui nécessite un traitement évacuateur en urgence par sondage ou pose d’un cathéter sus pubien.

-l’infection des urines qui réalise une prostatite majorant l’obstacle à la miction et peut se propager aux reins (pyélonéphrite) et aux testicules (orchiépididymite)

-des calculs vésicaux (liée à la sédimentation engendrée par le résidu vésical chronique)

-une insuffisance rénale (à un stade évolué)

Traitement en phytothérapie

Je conseille:

-Le palmier nain de Floride : Serenoa repens ou Sabal serrulata

-La grande ortie : Urtica dioica

-Le prunier d’Afrique : Prunus africanus ou Pygeum africanum

-La courge ou citrouille : Cucurbita pepo.

En réflexologie plantaire, on va s’attacher à traiter toute la zone de la vessie, de l’uretère, des reins, mais aussi la zone de la verge et des testicules ainsi que le plancher pelvien qui retient la vessie et l’empêche de descendre.

Tags: , , , ,

2 Commentaires

Laissez un commentaire ou posez une question