lundi 17 janvier 2011

LE DOSSIER DE LA SEMAINE - 17 01 2011 - 6:52 -

LA NEVRALGIE D’ARNOLD

La névralgie d’Arnold se caractérise par des douleurs violentes dans les territoires innervés par ce nerf, c’est-à-dire des douleurs du cou et de la partie postérieure du crâne. Il y a souvent une relation avec une arthrose cervicale mais également avec  la région auriculaire, et en particulier la région mastoïdienne, la région pariétale inférieure et la face postérieure du pavillon de l’oreille.

La douleur peut survenir soudainement à la suite de mouvements du cou, de gestes (élévation des bras), de contact avec un appui-tête d’automobile.

Cette douleur, à type de sensation de décharge électrique ou de sensation lancinante et sourde, peut durer plusieurs minutes, suivie d’un période d’accalmie totale ou durer plusieurs jours, voire plusieurs semaines. L’innervation sensitive s’étends de la base du cou jusqu’à cuir chevelu et la suture coronale voir jusqu’à l’arcade sourcilière.

Les symptômes sont variés :

– Douleurs à la tête (souvent sur un côté de la tête en allant vers le front et en  descendant ensuite vers l’arcade sourcilière).
– Douleurs derrière l’oreille ou qui lance dans l’oreille.
– Douleurs aux gencives (névralgie).
– Douleur au cou (sur le trajet du nerf).
– Douleur vers l’épaule.

Les causes

Très souvent, aucune cause n’est retrouvée et l’on évoque des lésions musculo-aponévrotiques du plan postérieur du cou et de la région occipitale. Le nerf serait englobé dans une fibrose spontanée ou post-traumatique.

On en déduit donc une cause mécanique à type dysfonction de mobilité entre C1 et C2, qui peut être associée à un spasme des muscles profonds du cou dont l’innervation motrice est assurée par le nerf grand occipital d’Arnold formé par la branche postérieure de la deuxième racine cervicale.

Parmi les probabilités, on évoque certains faits:
-Dormir sur le côté avec un oreiller trop mince ou trop épais ou dormir sur le ventre (avec le bras placé sous l’oreiller ).
-Regarder le téléviseur ou l’écran d’ordinateur la tête tournée de côté
-Porter des objets lourds toujours du même côté.
-Tenir trop longtemps l’appareil téléphonique avec l’épaule, la tête penchée de côté.
-Porter un bébé trop longtemps d’un seul bras.
-Effectuer des mouvements répétitifs…

Le nerf d’Arnold

La névralgie d’Arnold (ou syndrome d’Arnold) concerne le grand nerf occipital et sa racine en C1 et C2 (1ère et 2e vertèbres cervicales).

Ce nerf, appelé aussi « nervus occipitalis major » couvre toute la partie occipitale (arrière de la tête) et pariétale (supérieure) du crâne.

Cette névralgie, généralement due à une compression d’une racine du nerf, se traduit par des maux de tête, principalement postérieurs, qui partent de la nuque et remontent vers le crâne, pouvant parfois aller jusqu’au front et aux oreilles.

Les muscles profonds du cou sont innervés par le nerf d’Arnold qui assure en plus l’innervation motrice (permettant d’effectuer des mouvements) ainsi que l’innervation sensitive (permettant de sentir) du cuir chevelu.

Le nerf d’Arnold est un nerf bilatéral, mixte avec une prédominance des fibres sensitives.  C’est le nerf le plus volumineux des branches postérieures des nerfs cervicaux (2,5 à 3 mm de diamètre), répondant médialement au troisième nerf occipital.

Le trajet du nerf d’Arnold

Il traverse le foramen C1-C2 entre l’atlas et l’axis via son ganglion, le plus volumineux des ganglions cervicaux. Puis, après s’être séparé très rapidement de la branche antérieure de C2, juste après ou parfois juste avant la traversée du ligament atloïdo-axoïdien postérieur, il se dirige vers la superficie de la tête où il prend un aspect aplati.

La névralgie d’Arnol ou Arnoldite est une pathologie cervicale de plus en plus fréquente et invalidante et que le techniques réflexes (réflexothérapie) guérissent ou améliorent considérablement.

Dans cette pathologie, il existe une atteinte musculaire et radiculaire. Le 2ème nerf cervical lors de son émergence, contourne l’apophyse transverse de C2, entre en contact avec le muscle grand oblique, puis remonte en haut et en dedans parallèlement à l’axe du rachis, traversant  de la profondeur à la superficie les muscles grand droit de la nuque, grand complexus et trapèze. Puis il continue son trajet sur le crâne jusqu’à l’extrémité interne du sourcil.

Le traitement en réflexologie plantaire

Il faut absolument dégager les cervicales, donc travailler la base du G.O, le temporal mais aussi la zone correspondant à l’ATM.

Il est également important de faire toutes les sutures, de traiter la colonne en totalité, en insistant bien sur la zone du sacrum.

Ne pas oublier Foie et Vésicule biliaire qui parfois sont partie prenante.

Le traitement en auriculothérapie

Travail sur les cervicales, la nuque, la région occipitale, l’œil, la mâchoire supérieure et la zone de la pommette. Traiter aussi le shen men.

Tags: , , , , ,

183 Commentaires

Laissez un commentaire ou posez une question