La silice aide au renouvellement osseux et à la fixation du calcium. Notre organisme renferme généralement 5 à 10 gr de silicium: ce taux baisse avec l’âge, et le faire remonter permettrait de prévenir différentes pathologies dues au vieillissement.

De plus la silice participe à la synthèse du collagène et favorise la production d’élastine, éléments essentiels du tissu conjonctif. Cette action joue sur l’élasticité de nos artères, sur la texture de la peau, sur nos ongles, nos cheveux et sur la vitesse de cicatrisation.

On dit aussi, suite à de récentes études, que la silice jouerait un rôle important dans la prévention de la maladie d’Alzheimer. Et qu’elle aiderait à l’assimilation du calcium et du magnésium par l’organisme.

Les apports quotidiens de silice devraient être d’environ 30mg, mais notre alimentation, de plus en plus raffinée, de plus en plus enrichie et de plus en plus “pervertie”, contient de moins en moins de silice.

Ainsi, pour trouver le dosage satisfaisant, nous devons boire des eaux minérales (Vittel, Volvic, Salvetat…) et alterner les marques. Le céleri, les haricots verts, l’ortie (ah, la soupe !)  et les pommes sont également riches en silice.

On peut également prendre du Dissolvurol, vieux produit planqué dans l’arrière-boutique des officines, à raison de 20 gouttes par jour dans un verre d’eau et l’associer à du magnésium (Biomag, en homéopathie), pour éviter les soucis de transit. Une cure à faire à chaque changement de saison !