Non, l’été n’est pas fini, il fait chaud, lourd, humide, on est moite, on transpire et les moustiques adorent. Nos nuits sont rythmées par leurs “Bzzzz” incessants, obsessionnels pour celles qui ont la peau tendre et sucrée.

Cette année, il est vrai, ils sont particulièrement mauvais: les piqûres font de véritables cratères pour peu que l’on se gratte et comme ça démange, vraiment, on se gratte, ça ne cicatrise pas, ça coule un peu…

Bref, vous voyez le tableau, les dîners en terrasse se transforment en montées au Golgotha !

Au fait, saviez-vous que les moustiques ont tué plus d’humains que tout autre insecte ou animal par la transmission de maladies comme la dengue ou la malaria ? Et que chaque année, ils tuent près de trois millions de personnes dans le monde ?

Encore les femmes

Honneur aux dames: ce sont elles qui se nourrissent de notre sang. Après l’accouplement, la femelle part à la chasse pour recueillir le sang des mammifères afin de trouver la source de protéines nécessaire pour nourrir ses œufs.

Deux jours après, les femelles fécondées déposent leurs œufs à la surface d’une eau stagnante, nécessaire au développement des œufs du moustique. Cette séquence « reproduction-piqûre-ponte » est répétée plusieurs fois au cours de la vie du moustique. On estime que le moustique commun reproduit ce cycle deux fois par semaine en été. Une piqûre suffit largement à couvrir les besoins en protéines des œufs : le plus souvent nocturne (généralement à l’aube ou au crépuscule) et indolore, elle dure environ trois minutes si le moustique n’est pas dérangé.

Noir c’est noir

Inutile d’éteindre les lumières et de penser qu’un moustique ne nous trouvera pas dans le noir. La bestiole repère sa cible grâce à son odorat. Il est d’abord capable de sentir la présence de dioxyde de carbone (émis par notre respiration et notre transpiration) à plus de 30 mètres de distance. Plus il se rapproche, plus il va détecter les odeurs humaines composées par les acides gras, les acides lactiques ou autres relents ammoniaqués émis par la peau, comme l’haleine ou l’urine.

Quand il se trouve tout proche de notre peau, le moustique utilise des thermorécepteurs. Ces détecteurs de chaleur infrarouges (on n’arrête pas le progrès !) vont lui permettre de trouver la veinule, plus chaude,  à l’intérieur de laquelle il va puiser le sang nécessaire à sa ponte. Le système visuel,  sensible aux mouvements, ne lui sert pas à grand-chose.

A-t-on une peau à moustiques ?

Ce n’est pas parce qu’on se gratte jusqu’au sang et que notre conjoint ne ressent rien que l’on a une “peau à moustiques”, particulièrement sucrée (évidemment) chez les femmes.

En fait, ce qui importe, c’est la réaction à la piqûre du moustique et elle est très variable. Quand il pique pour se nourrir, le moustique introduit une aiguille dans le capillaire sanguin. Si la piqûre du moustique démange, c’est justement parce qu’il injecte un corps étranger, sa salive, pour mieux ingérer son repas. Certaines personnes vont avoir une réaction allergique, d’autres un simple point rouge qui ne gratte pas du tout.

Le scénario

L’insecte enfonce ses stylets à travers la peau jusque dans la veinule de l’homme. Grâce à un premier canal, formé par l’hypopharynx, il injecte de la salive qui empêche le sang de coaguler dans sa trompe. Il peut ainsi aspirer tranquillement, grâce au deuxième canal, le sang resté fluide. La quantité de sang prélevée varie alors de 5 à 10 mm3.

En présence de la salive du moustique, notre système immunitaire réagit et envoie des mastocytes en première ligne. Ces cellules ont la capacité de détecter des substances étrangères, et d’exploser à leur contact pour protéger l’organisme. En éclatant, elles libèrent massivement de l’histamine, qui provoque les rougeurs et les démangeaisons. Cela s’accompagne de l’apparition d’un bouton rouge qui correspond à un gonflement de la peau rempli d’eau.

En période de moustiques, ceci peut être utile:

-au moment de la piqûre, Apis mellifica 15 CH : 5 granules toutes les 10 minutes, puis toutes les heures.

-si besoin (ça gratte beaucoup), associer Ledum palustre 5 CH, même posologie.

-si ça s’infecte, Calendula officinalis 5 CH, 5 granule smatin et soir pendant 6 jours.

-Appliquer Cicalfate ou Cicaderma, deux crèmes qui calment et cicatrisent.

(Sources: .passeportsante.net/ leplus.nouvelobs.com/ pharmaciengiphar.com)