femme-qui-a-peurOn parle beaucoup des “gestes barrière” (tousser dans son coude, rester à un mètre de distance…etc) et très peu de ce qui nous agite, nous préoccupe, fait descendre nos protections naturelles, je veux parler de nos peurs.

Elles jouent pourtant un rôle important. En nous rendant vulnérables, en mettant notre esprit en déroute, en laissant le stress envahir nos jours et nos nuits, elles diminuent notre résistance aux virus, en particulier au Covid-19.

Nous libérer de notre peur

Notre cerveau tourne à plein régime et alimente une construction mentale multiple, peur d’être malade, peur de souffrir, peur de mourir…Ces angoisses sont souvent inconscientes et irraisonnées, aucun argument ne peut les supprimer. Il faut alors agir sur le corps, qui transmettra le message. comment ? En prenant des Fleurs de Bach (Rescue pour gérer le stress), de l’élixir de Mimulus (Fleurs de Bach, peurs identifiables) ou de Tremble (Fleurs de Bach, peurs inexpliquées).

On peut aussi soigner sa peur de la maladie en prenant une dose ou 10 granules d’Aconitum napellus 9 CH et une dose d’Ignatia 9 CH.

Prendre du recul

Tout a changé en 24h, les rues sont désertes, les magasins dévalisés, nous entamons une longue période d’hibernation, sans aucune visibilité sur l’évolution de la crise, sans aucune idée de ce qui nous attend.

Pour retrouver un équilibre, ne pas laisser monter un sentiment d’impuissance, prenons de la Passiflora Incarnata, à raison de 3 gélules matin et soir pendant 3 semaines, puis 2 gélules matin pendant le mois qui suit.

On peut aussi utiliser le Nux vomica 9 ch, à raison de 3 granules, 3 fois par jour et monter à 5 granules si vous sentez vos nerfs vous lâcher.