Votre mal de tête s’accompagne de nausées, de vomissements, d’intolérance au bruit et à la lumière ? Il se localise d’un seul côté (hémicrâne) ? Il est pulsatile ou lancinant et la boite d’antalgiques ne sert à rien ? Vous faites probablement partie des 12 millions de Français qui souffrent de migraines.

Les facteurs les plus fréquents

Pour l’un ce sera un aliment particulier, pour l’autre un changement de pression atmosphérique, pour le troisième un problème de cervicales, pour un autre des contrariétés, une crise de foie, de la fatigue, un caractère anxieux…

Afin de cerner les conditions de survenue des crises, les neurologues conseillent de tenir un « carnet de bord » de la migraine: dans ce minuscule carnet délivré dans les hôpitaux, on peut noter l’intensité de la migraine, la durée, et la cause, ainsi que le médicament pris pour soulager. Dans les causes, les médecins classent vite fait le chocolat, l’alcool, le temps (climat)…

Je conseille fortement de tenir son propre journal et de noter des “détails” importants car il n’est pas du tout évident de repérer la ou les causes de la migraine, surtout quand on s’est couché tranquille-peinard et que la douleur sonne la cloche à 5h du matin.

Vous pouvez quand même marquer ceci:

-les aliments consommés dans les dernières 24 heures,

-le sport ou l’effort physique

-la cession d’ordi si elle a été longue

-les symptômes (troubles visuels, nausées, changement d’humeur, euphorie…)

-les crises qui  surviennent toujours au moment des règles…,

-une  situation psychologique particulière (stress…),

-les conditions extérieures (lumière vive, bruits, odeurs, climatisation…).

En identifiant les produits ou situations qui déclenchent ces maux de tête, il est PARFOIS possible de réduire la fréquence et l’intensité des crises.

Faire attention à ce qu’on appelle des détails

– Mangez équilibré, sans sauter de repas : la faim est un facteur déclencheur de crise.

– Faites attention aux aliments que l’on consomme : le chocolat, les noix, les fromages fermentés, les yaourts, la caféine (ou le manque de caféine) et les aliments glacés sont souvent en cause, mais cela peut être n’importe quelle denrée.

– Pas d’abus d’alcool, en particulier de vin blanc (champagne compris).

– Evitez les endroits enfumés.

– Si vous sentez un début de céphalée, ne vous attardez pas dans les lieux sonores, lumineux où régent des odeurs fortes (fritures, parfums, désodorisant…).

– Respectez votre rythme de sommeil : si vous baillez, c’est que le sommeil est là, ne faites pas un effort surhumain pour terminer le film ou le livre en cours.

-Evitez les grasses matinées.

Le stress est souvent un facteur déclencheur de crise

Donc:

-La natation est un bon outil préventif car elle détend les muscles..

-Toute relaxation est bonne à prendre : massages, sophrologie, réflexologie plantaire, yoga, Pilâtes, … sont une bonne façon de lâcher prise.

Mais je pense que pour certains tempéraments très yang, avec une énergie qui les dévore, rien ne vaut un bon footing, ou une partie de squash, ou un match de tennis. Il faut faire sortir ce trop plein qui épuise et se retourne contre vous.

Bon à savoir

Certaines pilules peuvent être mal supportées et déclencher des crises migraineuses. Dans ce cas, parlez-en à votre médecin qui vous en prescrira une autre.

Chez les femmes, parmi les céphalées liées au fonctionnement des hormones, on peut distinguer :

– Les céphalées prémenstruelles qui débutent avant les règles, s’aggravent, et sont soulagées  dès l’apparition du flux.

Les céphalées cataméniales qui surviennent la veille ou le premier jour des règles.les jours qui précèdent les règles sont souvent mis en cause : on parle alors de migraine cataméniale.

Quelques  « trucs » qui soulagent

La crise de migraine peut durer de 4 heures à 3 jours. Si vous pouvez, certains gestes peuvent vous aider quand la douleur est intense.

– Allongez-vous dans une pièce sombre, fraîche et calme.

– Appliquez sur le front ou dans la nuque un linge froid ou un peu d’huile essentielle de menthe poivrée (très peu, ça peut piquer les yeux).

– Massez-vous les tempes avec un peu de baume du tigre. Cet onguent à base de camphre et de menthol est efficace (encore une fois, attention aux yeux)

4 gestes qui peuvent vous aider

1. Massez (ou se faire masser) le muscle du trapèze, au niveau de la nuque et des épaules, pour le détendre et libérer ainsi les tensions musculaires.

2. Exercez une pression moyenne avec les pouces à la base du crâne pendant quelques secondes, plusieurs fois de suite, pour permettre un relâchement des points d’attachement du cou et des trapèzes.

3. Massez doucement vos tempes avec les doigts afin de faire baisser la tension musculaire au niveau du temporal.

4. Exercez une pression juste sous l’intérieur de l’arcade sourcilière, au-dessus de l’orbite de l’œil, au niveau du nerf oculaire.

L’homéopathie

Vous vous sentez anxieux et votre vue est brouillée.

Prenez Gelsemium 15CH, 4 granules matin et soir, pendant 1 mois.

Vos yeux sont fatigués, vous apercevez des zigzags lumineux. Vous ne supportez plus la lumière.

Prenez 4 granules de Natrum muriaticum 7CH toutes les demi-heures.

La douleur se déclenche le premier jour des règles ou la veille, avec nausées et vertiges, la vue est brouillée, avec des taches.

Prenez Cyclamen 7 CH, 4 granules par jour. A commencer 8 jours avant et à continuer pendant toute la durée des règles.

Vous avez des nausées et parfois même des vomissements.

Prenez Iris Versicolor 7 CH. Au moment des crises, prenez 4 granules toutes les demi-heures au début, puis espacez en fonction de l’amélioration.

Votre migraine est apparue à la suite d’un gros repas.

Prenez Nux vomica 7CH. 4 granules toutes les demi-heures au début, puis en espaçant en fonction de l’amélioration.

Se soigner avec les plantes

La grande camomille a une action dans la prévention des migraines. Il faut compter 4 à 6 semaines pour sentir les effets de la plante.

Comment l’utiliser ?

Feuilles fraîches : mâcher de 2 à 3 feuilles par jour. Notez que les feuilles de la grande camomille ont un goût camphré et amer.

Feuilles séchées en capsules : prendre 4 à 6 gélules par jour

Depuis très longtemps on connaît aussi les effets bénéfiques de la Valériane et de la Passiflore sur les migraines du stress, du radis noir sur les migraines digestives, et du Rhizome sur les migraines menstruelles .

Se soigner avec les Huiles essentielles

Ces concentrés de plantes obtenus par distillation ont une action sur le métabolisme et l’état émotionnel.

Pour une migraine ,je conseillerai trois huiles essentielles: le cajeput, la lavande et le giroflier.

Le cajeput

Le cajeput est une plante poussant à l’état sauvage en Extrême-Orient, en Indonésie et en Australie. Elle est proche de l’arbre à thé et du niaouli, mais plus simple à utiliser, car on en obtient une huile essentielle assez douce par distillation des feuilles à la vapeur d’eau.

Diluée dans une huile végétale, l’huile de cajeput  est utilisée en friction, sur les tempes dans le cas de la migraine.

La lavande

Ce sont surtout les fleurs de lavande, riches en huile essentielle, qui possèdent de nombreuses propriétés. En prévention des migraines, elle est excellente : faites-vous des tisanes de lavande.

Le giroflier

Les Chinois l’utilisaient déjà bien avant l’ère chrétienne pour ses vertus médicinales. On utilise l’Huile essentielle du bouton floral desséché qui a de fortes vertus anesthésiantes.

Attention au café

Ma grand-mère, quand elle avait une forte migraine, prenait une tasse de café très sucré et s’en trouvait fort bien. Mais, certaines personnes voient leur douleur aggravée par la caféine.

Alors, que penser ?

Présente en forte dose dans le café, la caféine est perfide : elle peut à la fois stopper une migraine en préparation (le Gynergène, bien connu des migraineux, est à base de caféine) mais aussi en provoquer une  jusqu’à 24 heures plus tard.

Deux études humaines, incluant d’une part, 301 patients, et d’autre part, 53 sujets souffrant de céphalées de tension, ont montré que la caféine soulageait significativement la douleur .

Mais La migraine est un problème récurrent qui produit un large spectre de douleurs et de symptômes invalidants. Actuellement, aucune étude ne permet mais ne permettent de spécifier la potentielle valeur ajoutée de la caféine aux médications antalgiques dans le traitement de la migraine. les effets vasoconstricteurs centraux de la caféine ne semblent pas clairement impliqués dans les migraines.

En conclusion, Dans les céphalées de tension, la caféine exerce un effet analgésique adjuvant aux médications classiques comme l’aspirine, ou le paracétamol. Dans la migraine, l’effet de la caféine seule ou la comparaison de combinaisons de substances antidouleur avec ou sans caféine n’ont pas été vraiment étudiés et la question reste donc sans réponse.