Originaire d’Inde et du Bangladesh, et connu à Madagascar sous le nom d’Ampalibe, le jacquier ou “ti’jaque” est cultivé dans la plupart des régions tropicales. Le jaque est un proche parent du fruit de l’arbre à pain. Contrairement à ce dernier qui est seulement utilisé comme légume, le jaque se consomme aussi comme fruit.

Le Jacquier,  comme son cousin le Figuier, appartient à la famille des Moracées. Une de ses particularités est d’être “cauliflore”, c’est à dire d’avoir les fleurs directement sur les branches ou le tronc. Les fruits du Jacquier sont énormes, d’un poids pouvant aller jusqu’à 40kg. Ils peuvent être consommés frais, préparés en légume après cuisson, et les graines sont comestibles cuites. Comme la banane, le jaque continue de mûrir après la cueillette, ainsi sa saveur n’est guère affectée s’il est récolté un peu plus tôt.

Très apprécié sur le sol réunionnais, il est la base de plusieurs préparations créoles. Le jaque est consommé comme légume lorsqu’il n’est pas mûr et comme fruit à maturité. Il se mange cru ou cuit.

Le jacquier est riche en potassium et ses graines séchées contiennent des vitamines B, du calcium, du magnésium, du phosphore, du fer et du soufre.

Sur le plan nutritionnel, le fruit vert du jacquier est riche en glucides complexes à l’instar de la pomme de terre. Il constitue donc un féculent. Il est pratiquement deux fois moins calorique que le manioc pour un apport en fibres alimentaires et en potassium plus important.
L’intérêt nutritionnel du ti’ jaque réside dans sa richesse en fibres alimentaires et en potassium. En effet, 100 g de cet aliment vous apporte plus de 20% des apports journaliers recommandés en fibres alimentaires. Comme le songe, il fait partie des aliments dont la consommation régulière devrait enrichir de manière significative notre alimentation en fibres.
Le ti’jaque étant trois fois plus riche en fibres alimentaires que le riz, il est évident que, plus un repas est riche en ti’jaque, plus il apporte à l’organisme les armes nécessaires pour éviter lesphénomènes de constipation.  Incorporé de manière régulière dans notre alimentation, le ti’jaque apporte incontestablement à l’organisme la protection nécessaire pour lutter contre les maladies liées à la nutrition.