Il s’agit d’un ensemble de symptômes survenant quelquefois un quart d’heure à une demi-heure après la prise d’un repas dans un établissement chinois.

Il a été établi que le “L glutamate monosodique“, connu depuis longtemps et très utilisé dans la cuisine chinoise, peut donner quelques troubles.

Environ une demi-heure après la prise d’un repas chinois contenant du glutamate, certaines personnes peuvent ressentir des brûlures vives irradiant du tronc vers la périphérie, une sensation d’oppression thoracique, ou une violente migraine avec nausées et vomissements.

Ces manifestations disparaissent au bout d’un moment, voire de quelques heures au maximum, sans séquelles.

Introduit dans l’alimentation américaine il y a plus ou moins 50 ans (venu du Japon où il venait d’être commercialisé), le glutamate est apparu en doses de plus en plus grandes dans les repas préparés, les potages, les collations et la restauration rapide.

De nombreuses études tendraient à démontrer que le GMS ou MSG, une petite poudre blanche qui est un exhausteur de  très largement utilisé dans la cuisine asiatique et qui se cache derrière à peu près 25 noms différents, est un poison lent.

Le rôle du glutamate dans l’organisme

Le glutamate joue un rôle de neurotransmetteur acétylcholine like. Un neurotransmetteur est une substance chimique (appelée également neuromédiateur), fabriquée par l’organisme et permettant aux cellules nerveuses (neurones) de transmettre l’influx nerveux (message), entre elles ou entre un neurone et une autre variété de cellules de l’organisme (muscles, glandes).

Les neuromédiateurs constituent le langage du système nerveux, permettant à chaque neurone de communiquer avec les autres. Les autres neuromédiateurs sont l’adrénaline, la sérotonine, la dopamine etc…

Mais, mais…

La théorie du « syndrome du restaurant chinois » s’est propagée à une vitesse folle. Cependant de nombreuses recherches scientifiques ont établi qu’il n’existait pas de lien direct entre le « syndrome du restaurant chinois » et le glutamate de sodium.

Le docteur Ariel Fenster, professeur au Département de chimie de l’Université McGill, est un de ces spécialistes qui ne voient pas le glutamate de sodium comme un ennemi potentiel pour la santé humaine. « Toutes les données montrent que même une quantité importante de MSG n’a aucun effet néfaste », dit-il.

Mais les scientifiques qui se sont penchés sur ce problème admettent que l’absorption de MSG peut provoquer chez certains « des réactions de type allergique ou une réaction d’hypersensibilité ».

Le glutamate monosodique est, en tout cas, un réel déclencheur de migraine, notamment chez les sujets souffrant de céphalées ou d’allergie. Donc, attention aux plats en sauce dans les restaurants chinois, préférez la cuisson à la vapeur.