L’if ou Taxus baccata est un arbre ornemental très commun dans les parcs et les jardins publics. Cependant, cette plante est très toxique et son ingestion peut être mortelle. L’if à baies est également mortel pour les chevaux.

Nos ancêtres les Gaulois connaissaient bien les propriétés de cet arbuste et l’utilisaient pour empoisonner les pointes de flèches. Les grecs anciens, quant à eux,  pensaient que dormir sous un if était mortel.
Les druides considéraient l’if comme un arbre sacré symbolisant l’immortalité. Au Moyen-Age, on utilisait le bois d’if pour confectionner les meilleurs arcs.

Les premiers travaux sur l’activité de certains composants de l’if d’Europe (Taxus baccata) remontent à 1856, lorsqu’est isolé un mélange d’alcaloïdes nommé taxine, responsable de la toxicité de l’if sur les animaux domestiques et l’homme.

Vers les années 1960, le National Cancer Institute (NCI) lance un vaste programme de recherche pour analyser et étudier les propriétés anticancéreuses d’échantillons de plantes du monde entier.

Vers 1970, des chimistes isolent la molécule active, le “paclitaxel” à partir de l’écorce de l’if (100mg/kg) ; il faut alors 12000 arbres pour produire 2 kilos de paclitaxel nécessaires aux essais cliniques. Aujourd’hui, deux espèces sont utilisées à des fins thérapeutiques, le Taxus brevifolia ou if américain, ou le Taxus baccata, ou if européen.

Le taxus baccata possède un feuillage composé d’aiguilles vert sombre qui fait ressortir ses fruits rouges. À partir d’août, la graine mure est entourée d’un arille charnu rouge et de saveur sucrée. C’est la graine contenue à l’intérieur de cet arille qui est toxique. À l’état sauvage, l’if pousse dans les sous-bois dans des forêts fraîches. Il mesure de 10 à 15 m de haut.

À faible dose, il est prescrit pour soigner les rhumatismes et les affections urinaires. Les pathologies soignées par les taxanes (agents chimiothérapeutiques dérivés de l’écorce et des aiguilles de l’if) sont : le cancer du sein, le cancer de l’ovaire, le cancer du poumon non à petites cellules, le cancer de la prostate, le cancer gastrique et le cancer des voies aérodigestives supérieures.