Appelée également partenelle ou pyrèthre doré, cet arbrisseau aux fleurs jaunes et blanches, semblables à des marguerites, pousse en Europe, en Amérique du Nord et en Amérique du Sud. La grande camomille est une plante herbacée vivace, de la famille des astéracées dont les tiges atteignent environ 50 centimètres de haut.

Pline la recommandait en bain de siège contre les inflammations de la matrice, et au XIIIème siècle, le médecin et chirurgien lombard Guillaume de Salicet soignait les cicatrices de plaies d’épée  avec un onguent contenant des fleurs de camomille pulvérisées.

“Tanacetum parthenium”, la grande camomille,  a une longue histoire d’usage traditionnel en Europe pour traiter les maux de tête, les vertiges, les douleurs rhumatismales, la fièvre, les troubles des règles, les complications de l’accouchement, les maux de ventre, et le mal de dents.

Plante emblématique de la migraine et des maux de tête et elle était déjà employée pour cette indication dès le XIXe siècle en cataplasme. Depuis, plusieurs essais menés auprès de patients ont permis de constater l’efficacité de la grande camomille sur la migraine et l’OMS reconnaît son utilité pour soulager cette pathologie. Prise en traitement de fond sur plusieurs mois, cette plante permettrait de réduire la fréquence et l’intensité des symptômes (douleurs, nausées, vomissements, sensibilité aux bruits et à la lumière…)

Ce sont les feuilles de la grande camomille qui sont efficaces contre la migraine, surtout en prévention. Le parthénolide qu’elles contiennent réduit l’action de certains neurotransmetteurs sur les vaisseaux sanguins du cerveau.

Les effets secondaires sont très rares, on a noté des diarrhées et des troubles digestifs. Cette plante est déconseillée aux femmes enceintes.

On la trouve en gélules, ou en vrac, à boire en infusion.

(Sources: sante-medecine.commentcamarche.net/lepoint.fr)