Le coenzyme Q10 (CoQ10) est une enzyme qui gouverne la production d’énergie dans nos cellules. Elle est essentielle au bon fonctionnement de notre organisme et  joue un rôle comparable à celui d’une vitamine.

Pourquoi en perd-on en route ?

Le coenzyme Q10 est en partie absorbée avec la nourriture (dans la viande et les poissons notamment) mais avec l’âge notre capacité à l’absorber diminue. Notre organisme en produit aussi.

Un effort physique intense, le stress, l’abus d’alcool et/ou de tabac peuvent provoquer une réduction du taux de CoQ10. Depuis quelques années, on lui prête de nombreuses vertus. Prise sous forme de compléments alimentaires, elle semblerait efficace contre l’hypertension artérielle, la migraine, les maladies parodontales…

Cette substance aux propriétés antioxydantes est présente à peu près partout dans l’organisme : muqueuses des gencives et de l’estomac, dans les tissus de tous les organes qui jouent un rôle dans le système immunitaire, dans le foie, les reins et la prostate. D’où son autre nom d’« ubiquinone » (qui a la même étymologie que le mot « ubiquité », qui veut dire « omniprésence »).

La production naturelle de CoQ10 diminue avec l’âge.

Au Japon, de même que dans plusieurs pays européens, le traitement de l’hypertension artérielle et de l’insuffisance cardiaque congestive comprend l’administration de CoQ10. Les personnes souffrant de ces maladies ont généralement un faible taux de CoQ10 dans leur organisme.

Elle constitue un maillon important dans la chaîne des réactions chimiques qui produisent l’énergie dans les mitochondries, les “centrales d’énergie” des cellules. L’enzyme est aussi un puissant antioxydant qui neutralise des substances chimiques nocives (les radicaux libres) produits durant le métabolisme normal.

Une action sur le cerveau

Plusieurs études ont montré que les personnes atteintes de la maladie de Parkinson ont une fonction mitochondriale altérée et de faibles niveaux de coenzyme Q10.

Des études de laboratoire ont montré que la coenzyme Q10 pouvait protéger la région du cerveau endommagée par la maladie de Parkinson.

Proche parente de la vitamine K par sa structure chimique, la coenzyme Q10 (CoQ10) est aussi un antioxydant, c’est-à-dire qu’elle protège l’organisme des dommages causés par les radicaux libres (stress oxydatif).

Cette coenzyme, qui agit comme une vitamine dans l’organisme, active la production d’énergie sur le plan cellulaire. Tous les processus physiologiques qui exigent une dépense énergétique ont besoin de CoQ10.

Jusqu’à récemment, la majorité des suppléments de CoQ10 offerts dans le commerce étaient fabriqués au Japon. Maintenant, une bonne partie provient de Chine où on trouve plusieurs usines de production.

Le procédé de fabrication développé par les Japonais consiste à faire fermenter des betteraves et de la canne à sucre à l’aide de souches spécifiques de levures. Le milieu créé par ces levures est particulièrement riche en CoQ10. Au terme du processus, on chauffe le tout afin de désactiver les levures, on fait sécher le milieu de culture et on le réduit en poudre, laquelle sert à la confection d’extraits.

La CoQ10 est considérée comme un supplément alimentaire et non comme un médicament, essentiellement parce qu’il s’agit d’une molécule naturelle, qui ne peut par conséquent faire l’objet d’un brevet pharmaceutique.