téléchargement (1)La consommation exagérée de sel et de sucre altèrent le goût. Les produits à grignoter comme les chips, les bonbons ou les sodas sont conçus pour être des bombes de saveurs qui agissent sur le centre du plaisir de notre cerveau et stimulent nos envies…Alors, peut-on vraiment parler de “chips addiction” ?

Il y a deux ans, lors d’un congrès aux USA, un chercheur allemand a  mis en évidence ce qu’il a appelé “l’hyperphagie hédoniste“. Le scientifique, Thomas Hoch, ne s’est pas tourné vers des mangeurs de chips pour réaliser son étude mais vers son meilleur ami de laboratoire : le rat. Car lui aussi adore les chips.

Le chercheur est parti de l’hypothèse que, parmi les attraits des chips, le taux élevé de graisse et de glucides jouait un rôle important. Mais ce facteur est-il déterminant ? Pour le savoir, il a proposé à des rats trois types de nourriture : leurs boulettes habituelles, un mélange à base de gras et de glucides, et des chips de pommes de terre.

Les rats ont montré un plus grand enthousiasme pour les chips et se sont révélés plus actifs après avoir les avoir ingurgitées. Le chercheur et son équipe ont soumis les rats à un examen par imagerie par résonance magnétique. Le résultat montre une activité plus forte des systèmes de récompense et d’addiction lorsque les rats mangent des chips. De même pour les centres du sommeil, de l’activité et du mouvement.

Les chips ont donc bien une action particulière sur les régions cérébrales associées au plaisir….Prochaine étape dans la recherche: identifier le déclencheur moléculaire qui stimule le centre de la récompense dans le cerveau des rats et des hommes. Ceci permettrait de développer des médicaments ou des nutriments à ajouter à la nourriture pour bloquer le phénomène d’attraction des produits de grignotage !

(Source: slate.fr)