Certains enfants sont sages comme des images, se couchent tôt, se lèvent en souriant, se débrouillent comme des grands et ne demandent jamais rien. C’est une espèce rare, voire en voie de disparition.

Aujourd’hui, souvent, les enfants sont coléreux, angoissés, jaloux, possessifs, timides, peureux, distraits, rêveurs…la vie n’est pas facile, ni pour eux, ni pour les parents. Voici quelques suggestions pour sortir de l’impasse.

UN ENFANT PEUREUX

Ce sont des hyperémotifs, des hypersensibles, nerveux,  qui ne supportent pas de se trouver dans un milieu étranger. Souvent enfants uniques ou surprotégés par une mère angoissée elle-même, ils se trouvent confrontés avec l’hostilité. Ce peut être dès l’arrivée en classe maternelle ou  plus tard.Il arrive aussi que ce soit par le fait de groupes d’enfants agressifs. L’enfant, paniqué, n’est heureux et serein que chez lui.

Traitement :

ACONITUM : peur angoissante, presque physique, qui se lit sur le visage de l’enfant; il a peur des autres et également des bruits, de ce qui lui est étranger.

BELLADONNA: il réagit de façon violente. Il frappe et hurle si sa peur devient trop forte.

OPIUM : c’est le peureux paralysé. Il perd tous ses moyens et passe pour borné alors qu’il ne l’est pas.

CALCAREA CARBONICA : c’est un tempérament frileux, transpirant et indolent, associé à la peur.

NATRUM MURIATICUM : l’enfant est terrorisé par l’école. Il se croit abandonné, trahi par sa mère.  Incapable d’exprimer sa peur, il se replie sur lui-même.

PHOSPHORICUM ACIDUM : c’est celui qui se trouve le plus près de la dépression nerveuse et du désespoir. Il tombe dans un état d’indifférence à tout, refusant de s’alimenter.

PHOSPHORUS : Il a peur de tout et surtout peur d’être seul, surtout la nuit.. C’est un hypersensible, très affectueux qui a besoin de marques d’affection.

PULSATILLA : le peureux qui ne sait que pleurer. Pendant toute la durée de l’école, il reste dans un coin à pleurnicher.

STAPHYSAGRIA : il craint une remontrance non méritée car il a remarqué que le maître ou la maîtresse est souvent injuste. Chez lui, après la classe, il se défoule par de violentes colères.

UN ENFANT TIMIDE

Ce timide manque de confiance en lui et a plus peur de lui même que des autres. Il a peur d’être remarqué, peur qu’on se moque de lui, peur de prendre la parole. Il manque totalement de confiance en lui. Le travail à la maison est correct, mais en classe il ne sait plus rien exprimer.

C’est là un état constitutionnel souvent hérité de l’un des deux parents, donc difficile à modifier. Les enseignants de ce type d’enfants doivent avoir des trésors de patience pour en tirer quelque chose.

Traitement :

BARYTA CARBONICA : timide irréductible, il a généralement marché tard, parlé tard. Il a donc une conscience vague de son état et il se cache littéralement derrière sa maîtresse ou sous les bureaux de la classe. Il recherche la protection mais aussi l’affection de l’adulte.

BARYTA MURIATICA : A tout à fait le même comportement mais, par son coté muriatique, il se montre plusintroverti, refusant encouragements et consolation.

LYCOPODIUM : grand timide, mais il domine mieux sa peur de mal faire. Il redoute surtout ce qui est nouveauet inattendu et cela se traduit souvent par des inversions de mots ou de syllabes en lisant ou en écrivant. il bafouille par timidité.

SILICEA : Est très voisin de lycopodium par sa mentalité.

ANACARDIUM : de tous, celui qui a le plus grand manque de confiance en lui. Une volonté morbide l’oblige à mal faire parce qu’il est persuadé qu’il n’est pas capable de bien réussir.

RHUS TOXICODENDRON : timide gesticulant, qui cache son émotion sous des comportements bizarres et des gestes inconsidérés. Il transpose dans une agitation motrice l’affolement de son esprit.

UN ENFANT DISTRAIT

Il manque de concentration, est dans la lune, a une imagination galopante. On dit de ces enfants qu’ils sont toujours perdus dans les nuages, qu’ils ne trouvent aucun intérêt à ce qui se passe. Par eux-mêmes ils semblent incapables de rien, sauf de jouer.

A ne pas confondre avec les enfants lents :  le distrait est lent parce qu’il perd son temps en rêveries, tandis que le lent véritable l’est même s’il fixe bien son attention sur ce qu’il fait.

Traitement :

CANNABIS INDICA : pour ceux qui sont intoxiqués de télévision ou de bandes dessinées. Ils revivent presque constamment les histoires qu’ils ont vues.

HYOSCIAMUS : distrait perdu dans ses songes. Il parle seul, il semble être constamment en compagnie d’un camarade imaginaire.

LACHESIS : particulièrement distrait le matin, beaucoup de mal à fixer son attention, alors que le soir et la nuit il est plus attentif. C’est aussi un bavard irréductible.

NUX MOSCHATA : il a toujours l’air de dormir, et il lui arrive même de s’endormir franchement. Parfois il montre une humeur imprévisible, pleurant trop ou riant trop.

UN ENFANT LENT

Il fixe mal son attention et a du mal à se concentrer. Il se distrait pour un rien. Il est lent constitutionnellement : impossible d’aller vite, gestes lents, pensées lentes. Il met deux fois plus de temps que les autres pour écrire, pour apprendre.

Traitement :

AETHUSIA CYNAPIUM : le remède de l’enfant qui à du mal à fixer son attention sur son travail d’école et qui se désespère de ne pas travailler assez vite.

BARYTA CARBONICA et BARYTA MURIATICA ont déjà été envisagés pour le cas des enfants timides. Aussi employés pour ceux qui assimilent difficilement ce que les autres apprennent rapidement. Manquent de maturité.

Les timides et les lents sont par ailleurs presque toujours porteurs de végétations et de grosses amygdales. L’insuffisance respiratoire qu’elles provoquent est peut-être, en partie, la cause de leurs difficultés.

ANACARDIUM a lui aussi déjà été envisagé dans le cas de timidité. C’est son manque de confiance en lui qui détermine sa lenteur. Il hésite.

CARBO VEGETABILIS : physiquement diminué. Il est lent parce qu’il n’a pas la force d’aller plus vite. Il auraitbesoin de s’oxygéner, d’aller en récréation bien plus souvent que les autres. L’air confiné de la classe l’endort véritablement

HELLEBORUS :  le lent qui semble paralysé, comme s’il avait été drogué. C’est celui qui ressemble le plus à ces enfants à qui on doit donner de fortes doses de VALIUM ou de GARDENAL.

PHOSPHORUS : enfant intelligent mais anormalement fatigable. Il ne peut soutenir aucun effort d’attention plus de 10 minutes. Après ce temps son esprit s’échappe en histoires imaginaires.

PULSATILLA : distrait et peureux, mais également  lent parce qu’il est arrêté par la moindre difficulté. Et chaque fois il faut le rassurer.

SEPIA : Rarement remède d’enfant, Peut cependant être indiqué dans des cas se situant à la limite de la dépression nerveuse. L’enfant est paralysé psychologiquement par un chagrin profond qu’il ne sait pas et refuse d’exprimer. Ce peut être à la suite du décès d’un aïeul.

UN ENFANT AGITÉ

il n e peut tenir en place et  trouble la classe par son comportement. Impatient, nerveux, désordonné, il ne peut se fixer sur un travail un peu prolongé.

un excès de vitalité : le rythme scolaire lui est insupportable parce qu’ils ne peut physiquement pas accepter de rester sans bouger.

une raison psychologique : ne peut pas fixer son attention, s’échappe physiquement de sa place, ou bavarde, ou taquine son voisin.

Tous les enfants sont normalement instables. Ils ont tous besoin de changer d’activité et d’alterner un effort mental avec une activité physique.

Traitement :

-S’IL Y A AGITATION PHYSIQUE : ce sera

ACONITUM : l’instable anxieux, celui qui ne trouve de repos que dans le mouvement. il devient le plus mauvais élève.

CHAMOMILLA : l’agité bagarreur, violent, coléreux. En récréation c’est lui qui hurle le plus fort.

RHUS TOXICODENDRON : A un besoin physique de bouger quelque chose : une jambe ou un bras.

TARENTULA HISPANIA : il est agressif , une seule chose le calme tout à fait, c’est la musique.

TUBERCULINUM : S’il est aussi nerveux c’est parce qu’il manque souvent la classe pour des maladies répétitives (rhino, angines, otites).

-POUR LES AGITÉS PSYCHIQUES : ce sera plutôt

LACHESIS : C’est en effet ce besoin de parler avec les autres qui l’agite. Il prétend toujours en savoir plus long que les autres.

ARSENICUM ALBUM : inquiet, anxieux, fragile, sensible au froid et aux refroidissements.

NATRUM CARBONICUM : véritable instable mental. Il ne peut pas fixer son attention sur un sujet ou une activité plus de cinq à dix minutes.. L’effort mental le fatigue.

MERCURIUS : Est le « vif argent » classique. Il fait tout trop vite, tantôt pleure et tantôt rit. Il a peu de mémoire et n’est jamais content.

PLANTAGO : remède traditionnel de l’enfant agité. Il faudra y penser si l’enfant fait également pipi au lit la nuit.

UN ENFANT OPPOSANT

Ce sont des élèves qui refusent systématiquement de faire ce qu’on leur propose: ou bien ils dissipent la classe, ou bien ils ne font rien du tout. Ils ont souvent la même attitude en famille car, à l’origine de ce comportement il y a une réaction affective à une situation refusée. L’enfant est contrariant, toujours dans le non, buté, parfois violent.

Ce sont en fait des enfants qui ont une forte personnalité, ou tout au moins une conscience aiguë de leur “moi”, ce qui les rend. très susceptibles. Souvent enfants uniques ils ont été sur valorisés par leur famille qui a également refusé de leur imposer quelque contrainte que ce soit. C’est “l’enfant roi” dans ce qu’il a de pire.

-Dans d’autres cas le refus d’apprendre est motivé par une réaction contre l’attitude d’un enseignant : s’il crie trop, s’il punit trop, ou s’il se moque de lui devant toute la classe, ce genre d’enfant se replie sur lui même et refuse de travailler.

Traitement :

ARNICA : C’est un de ceux qui a souffert d’un choc affectif et qui est devenu méfiant et peureux. Il se replie sur lui même, refusant de répondre.

CAUSTICUM :. Hypersensible, il l’est encore plus à la vue de la souffrance des autres. Il ressent comme si c’était lui qui les subissait, les punitions des autres.

HEPAR SULFUR : Est un anxieux et un irritable. Son opposition est le seul moyen, qu’il a trouvé pour imposer sa personnalité à l’école. A la maison il le fait par des colères fortes.

IGNATIA : Est le remède type des enfants qui souffrent d’une injustice. Ils ont souvent aussi un besoin impérieux de prendre de profondes respirations, comme s’ils manquaient d’air. Ils soupirent à “fendre l’âme”.

LACHESIS : Est l’opposant par jalousie. On dit tellement de bien de son frère aîné, en famille, qu’il se replie sur lui même et travaille d’autant moins qu’il est persuadé que personne ne saura le reconnaître.

LYCOPODIUM : Il a été un excellent élève, mais à la suite d’une vexation, il a cessé de faire quoi que ce soit. Il prétend savoir tout avant tout le monde et pense qu’il est inutile d’en savoir plus.

MERCURIUS : C’est constitutionnellement un hépatique “hypocondriaque” faible, toujours fatigué..

NUX VOMICA : c’est l’irritable par excellence ; c’est aussi l’enfant qui a trop travaillé et qui, tout d’un coup, ne peut plus continuer :il craque par surmenage et à partir de ce moment, refuse tout effort.

STAPHYSAGRIA : sujet susceptible à l’excès qui refuse de travailler parce qu’il a été vexé par des remarques ou des punitions imméritées, et on ne le juge pas à sa juste valeur.