La poignée de main est bien plus habituelle en France que dans les pays anglo-saxons. En arrivant au bureau le matin, il est fréquent que les Français lancent un “Bonjour, ça va ?” ou un “Salut Machin » en se serrant la main, même s’ils se sont vus la veille.

Le soir, en se quittant, il n’est pas rare qu’on se serre la main une nouvelle fois. Serrer la main est ainsi un rituel d’ouverture et de fermeture de la rencontre, l’acte de se saluer et de se quitter est fortement marqué par ce geste. Une rencontre de moins de cinq minutes – dans la rue par exemple – peut être introduite par une poignée de main et terminée par une autre.

Il parait qu’un humain serre 15 000 mains dans sa vie. C’est l’Agence France presse qui le dit dans une dépêche consacrée à la formule mathématique de la parfaite poignée de main.

Car des chercheurs anglais se sont penchés sur ce délicat, ce primordial, cet existentiel problème qu’est le serrage de louches.

Ces scientifiques du nord de l’Angleterre ont déclaré que les plus gros problèmes étaient les mains moites, les poignets mous, la préhension trop forte et le manque de contact avec les yeux .

COMMENT BIEN SERRER LA PINCE

Geoffrey Beattie , directeur de l’université des sciences psychologiques, est venu avec une formule mathématique qui prend en compte 12 mesures clés nécessaires pour transmettre la confiance et le respect.

Ces mesures comprennent la vigueur , le contact visuel et la température de la main .

« La poignée de main de l’homme est l’un des éléments les plus cruciaux dans la transmission d’une impression.  C’est une source d’informations pour porter un jugement sur une autre personne » , dit-il.

Le chercheur ajoute qu’il a été surpris ” que jusqu’à présent il n’y ait aucun guide montrant aux gens comment ils doivent se serrer la main “, alors qu’il s’agit d’un salut traditionnel et d’un élément clé des ententes commerciales depuis des milliers d’années .

Pour arriver à une poignée de main parfaite , tant pour les hommes et les femmes, les étapes sont les suivantes :

-l’utilisation de la main droite

-une poignée complète avec une pression ferme (mais pas trop forte )

-une paume fraiche  et sèche

-environ trois secousses, avec une vigueur moyenne , n’excédant pas une durée de deux à trois secondes.

-un contact visuel concomitant et un bon sourire naturel avec une petite formule chaleureuse.

Une personne serre des mains pendant une soixantaine d’années “utiles” (avant la retraite par exemple). Ceci équivaut à une main et demie serrée par jour. Quid des différences entre les hommes et les femmes ? Entre le commun des mortels et Jacques Chirac très performant dans cet exercice ? Entre un VRP et un vendeur de voiture ?

EXEMPLES DE POIGNEES DE MAIN

-Saluer en montrant sa paume de main :

Par définition c’est un geste de non agression, de soumission (chez les singes, il permet de mettre fin à un combat, un équivalent de « je capitule »).

-Une poignée de main molle :

Démontre généralement un manque de caractère, une difficulté à s’affirmer.

-Une poignée de main très longue :

Signe de reconnaissance, de remerciement. C’est un geste chaleureux. Pour une femme, c’est parfois embarrassant.

-Une poignée de main ferme :

Tout l’inverse de la poignée de main molle. C’est une personne franche, directe et qui a du caractère.

-Une poignée de main écrasante :

La fameuse poignée de main du « bûcheron ». Elle peut être selon les cas, un signe d’autorité ou un geste franc et cordial.

-Une poignée de main moite :

Démontre de l’anxiété ou de la nervosité.

-Une poignée de main brève et ferme:

Personne vive d’esprit, qui a du caractère.

-Une poignée de main en évitant du regard :

Personne timide ou sournoise. Eventuellement une personne intimidée.

ET LE TEMPERAMENT

Une étude réalisée auprès de 117 américains a mis en évidence, grâce à des tests psychologiques,  un lien entre l’intensité de la poignée de main d’un homme et son niveau de recherches de sensations.

Les hommes à poigne ferme seraient attirés par le jeu, des sports dangereux et des comportements sexuels hasardeux.

La testostérone, hormone modulant l’agressivité et la dominance physique ou sociale, renforcerait la pression exercée au niveau des phalanges.

CONCLUSION

La poignée de main transmet les premiers messages positifs ou négatifs de la personne que nous venons de rencontrer. Il est bien connu que personne n’a la même main. Le caractère, les tendances, les goûts, les maladies, tout ce qui concerne la vie physiologique et psychique de l’homme est déterminé par des caractéristiques diverses plus ou moins évidentes.

Mains grasses, maigres, potelées, courtes, longues. Peau rêche, peau douce, doigts courts et trapus ou bien allongés et minces. Ongles larges ou bien ovales, pâles ou roses. Tous ces détails peuvent indiquer clairement le type auquel appartient la personne qui est en face de nous.

Le sensuel serre la main avec douceur, les yeux plongés dans ceux de son interlocuteur, l’avare tend la main avec méfiance, l’enthousiaste et cordial secoue le bras, la personne qui n’est pas sûre d’elle salue du bout des doigts et retire aussitôt la main…La personnalité de chacun se révèle en particulier dans l’accomplissement quotidien des rites imposés par la tradition, et parmi eux, le fait de serrer la main.