Le ventre, deuxième cerveau disent les chinois, aujourd’hui repris en coeur et vulgarisés par tous les livres qui nous chantent les bienfaits de ceci, les méfaits de cela et surtout, surtout, qui nous expliquent tout.

On a mal au dos ? C’est parce qu’on en a « plein le dos », entendez, ras-le-bol. On a mal au genou, c’est parce qu’on ne s’entend pas avec les autres, limite asocial. On a mal à la gorge, cherchez du côté des non-dits, on a des nausées, c’est un rejet…bref, j’en passe et des pire.

Aujourd’hui mon seul propos est de faire un petit récapitulatif des ces douleurs qui nous gâchent la vie.

-La colopathie est une affection touchant le côlon. C’est un phénomène courant, rien n’est visible lors des examens, cela se passerait dans la tête et ce symptôme reste souvent un mystère pour les médecins. S’il n’y a rien d’organique, le gastro-entérologue effectue une fibroscopie.

-La colite nerveuse est le cas typique de la colopathie et des troubles fonctionnels intestinaux. Le plus borné parlera des nerfs, le plus futé invoquera le foie. En réalité les deux sont partie prenante.

-La constipation : il faut manger des fibres, et, le matin, donner dans le grand classique, à savoir des pruneaux. Mais il y a aussi la fameuse rétention anale de ceux qui s’angoissent à l’idée de ” lâcher ” prise, de perdre de l’argent, de perdre le contrôle et parfois même la face. En se retenant on se contrôle et on contrôle la situation.

-La diarrhée peut être purement mécanique suite à une ingestion d’une trop grande quantité de fruits crus par exemple. Mais un coup de stress ou une émotion violente viennent percuter les intestins et précipitent l’anxieux aux toilettes. Traiter le côté psy d’abord.

-Les gaz et les ballonnements. Aujourd’hui, beaucoup de gaz et de problèmes d’aérophagie sont dus à un retour aux pains aux multi-céréales ou au son. Notre estomac assimile les fibres différemment aujourd’hui. Le charbon végétal absorbe bien les gaz, l’argile verte également. Je conseille le fenouil en gélules avant les repas.

-Les acidités gastriques et les brûlures d’estomac peuvent être la suite d’une gastro-entérite mal soignée, d’intestins fragilisés. Mais souvent l’acidité est proportionnelle à l’anxiété.

L’ulcère de l’estomac est rare. Les brûlures et le fameux « reflux » cher aux gastro-entérologues sont fréquents et difficiles à soigner. Le reflux avec sensation d’acidité dans la gorge et la bouche, est un problème au niveau de la valvule iléo-caécale. Bizarrement, les réflexologues la trouvent…sous le pied !