Mal à la gorge, douleurs d’oreilles, éternuements en rafales, nez qui coule, yeux collés ou larmoyants, revoici le fameux “rhume de cerveau”, maladie virale qui atteint plusieurs millions de français chaque année. Rassurez-vous, ce ne sont pas vos neurones qui sont grippés, mais vos fosses nasales qui sont enflammées. Il serait plus judicieux de parler de “coryza”.

Il faut savoir qu’il y a plus de 200 sortes de rhumes différents, les plus courants étant les rhinovirus, très contagieux, et qui se trouvent très à l’aise dans les voies nasales. Les rhumes (qui durent une à 2 semaines en général) ne sont pas vraiment graves mais ils sont à l’origine de 40% du temps de travail perdu et de 30% de l’absentéïsme scolaire.

Le rhume de cerveau

Il constitue une variété de rhinite aiguë. La rhinite aiguë correspond à une inflammation d’origine infectieuse de la muqueuse nasale suite à une infection banale des voies respiratoires supérieures.

Cette affection virale aiguë est bénigne et saisonnière (particulièrement l’hiver car le froid facilite l’infection). Il vaut mieux toutefois la traiter dés le début afin de ne pas la disséminer – elle est très contagieuse – et d’éviter une surinfection bactérienne pouvant donner lieu à des complications beaucoup plus sérieuses (sinusites et otites notamment).

Prévenir

La sagesse est déjà de ne pas encombrer l’organisme avec une nourriture « encrassante » et de faire un minimum d’exercice, soit 10 à 20 mn par jour de marche par exemple. On peut prendre du magnésium (petite cure de 15 jours, à raison de 2 comprimés 3 fois par jour), de la levure de bière ou du pollen. 

Il est conseillé de se laver le nez au moins deux fois par jour, avec du sérum physiologique ou de ‘eau de mer (éviter les sprays, trop agressifs), de faire de bonnes vieilles inhalations en mettant quelques gouttes d’huile essentielle d’eucalyptus ou de thym dans un bol, de boire des jus de citron frais avec une cuillère de miel d’acacia ou de lavande.

En période très critique, quand on a le nez bien irrité, on peut appliquer de la pommade Homéoplasmine dans les narines matin et soir, et prendre chaque jour 1 à 2 g de vitamine C naturelle.

Les premiers symptômes

Ca arrive vite, en quelques heures. Le nez est bouché, on  a la tête au carré avec un bon mal au crâne et une barre frontale sympathique, et, le plus souvent, on se sent fébrile, embrumé, patraque. Quelques signes à retenir:

-Céphalées (maux de tête)

-Ecoulement clair et fluide par le nez ou nez bouché

-Eternuements

-Gène à la respiration par les fosses nasales, avec parfois brûlure

-Asthénie (fatigue)

-Fièvre légère ou état fébrile

Il vaut mieux ne  pas nettoyer  le nez pendant cette période d’irritation des muqueuses.

Les infusions

Je conseille surtout le sureau. Le lierre ou le bouillon blanc seront à prendre en fin de rhume.

-Sureau (fleurs) : infusion 10 minutes, 4 à 5 tasses par jour,  surtout avant de se coucher dans le but de transpirer et d’éliminer les toxines.

-Lierre terrestre : infusion 10 minutes – 3 à 4 tasses par jour

-Bouillon blanc : infusion 10 minutes – 3 à 4 tasses par jour

Les bains de bras

Les bras sont des régulateurs thermiques et la stimulation cutanée à ce niveau déclenche un courant énergétique qui va stimuler le système nerveux et améliorer la circulation sanguine.

Il faut tremper les bras dans de l’eau à 37° dans un lavabo et rajouter de l’eau chaude pour monter progressivement en 5 minutes la température à 43-44° (vérifier avec un thermomètre).

Maintenir ensuite cette température pendant 15 minutes. Cela fait transpirer abondamment le visage et le cou. La tête est décongestionnée et le soulagement immédiat.

L’homéopathie

Les remèdes sont multiples et variés selon les troubles, en voici quelques uns:

-Si fièvre brutale( 39°) après un coup de froid :

  • Aconitum 9 CH : 5 granules toutes les heures puis espacer selon l’amélioration jusqu’à ¾ prises par jour.

-Si coup de froid humide avec nez bouché :

  • Dulcamara 5 CH : 5 granules 4 fois par jour pendant une semaine

Si écoulement irritant :

  • Allium Cepa 9 CH  : 3 granules 3 fois par jour

-Si écoulement, toux et yeux rouges et engourdissement de la tête :

  • Euphrasia 9 CH  : 3 granules 3 fois par jour

-Si sécrétions épaisses et jaunâtres (avec perte d’odorat) :

  • Pulsatilla 5 CH : 3 granules 3 fois par jour

-Si écoulement verdâtre et parfois croutes dans le nez :

  • Kalibichromicum 9 CH : 3 granules 3 fois par jour

IMPORTANT A SAVOIR

Il est totalement inutile d’utiliser des pulvérisations nasales à base d’antibiotiques  et – bien entendu – encore moins des antibiotiques par voie générale, complètement inefficaces et susceptibles de provoquer des effets secondaires non négligeables à court et moyen terme.

L’usage fréquent de produits vasoconstricteurs locaux n’est pas recommandable chez l’adulte et formellement contre-indiqué chez l’enfant.

Enfin, si vous (ou vos enfants) êtes fréquemment sujet au rhume de cerveau, je vous conseille quelques mesures d’hygiène et de diététique qui préviendront efficacement les rechutes :

-Évitez les atmosphères surchauffées : en règle générale, il ne faut pas dépasser 18 à 20° C dans les pièces où vous vivez.

-Hydratez l’air que vous respirez en plaçant des saturateurs sur les radiateurs.