L’éjaculation précoce (ou éjaculation prématurée) est un trouble sexuel durant lequel un homme éjacule trop tôt sans contrôle volontaire possible.

-Il est question d’éjaculation précoce primaire lorsque l’homme a toujours éjaculé de façon incontrôlée, depuis son premier rapport sexuel, malgré des rapports sexuels répétés, avec des partenaires stables.

-Il est question d’éjaculation précoce secondaire lorsqu’un homme qui n’avait pas de problème de contrôle de son éjaculation s’y trouve soudainement confronté de façon répétée. Souvent, c’est à la suite d’un choc émotionnel que l’éjaculation précoce apparaît.

L’éjaculation précoce n’est pas une maladie, l’éjaculateur prématuré fonctionnant parfaitement bien au niveau physiologique, mais la difficulté à contrôler son éjaculation peut parfois être mal vécue et nuire à la sexualité du couple.

L’éjaculation prématurée, encore appelée éjaculation précoce, est la préoccupation sexuelle masculine la plus répandue. 75 % des hommes interrogés par le rapport Kinsey (1948) disent éjaculer en moins de deux minutes après la pénétration.

Historiquement

Aux 16e et 17e siècles, des théologiens affirment que le mari doit prolonger “l’accouplement” le temps nécessaire à ce que sa femme émette sa semence.

Au 19ème siècle, on pensait que passer du temps à faire l’amour sans éjaculer sur le champ témoignait d’un affaiblissement maladif. Seule l’ivrognerie pouvait expliquer que cela dure.

En 1906, une enquête sur la sexualité montre que 98% des couples ont des rapports sexuels de moins de 2 minutes. En 1945, le rapport Kinsey repère que dans 96% des cas, le rapport sexuel dure moins de 3 minutes.

La définition de l’éjaculation prématurée a petit à petit évolué : Au début on estimait qu’un homme était éjaculateur prématuré si, à partir de la pénétration vaginale, il « tenait » moins de 10 secondes, puis quelques années plus tard, moins de 30 secondes.

Les causes

On sait maintenant que l’éjaculation prématurée est compliquée et implique une interaction complexe de différents facteurs psychologiques et biologiques. D’une manière générale, le problème vient d’un état de stress, d’angoisse, d’un mal-être quelconque ou d’une hypersensibilité.

Parmi les nombreux facteurs impliqués, on retrouve:

-La dysfonction érectile.

Les hommes inquiets au sujet de l’obtention ou du maintien de leur érection pendant les rapports sexuels peuvent avoir une tendance à se précipiter à éjaculer.

-L’anxiété.

Beaucoup d’hommes atteint d’éjaculation prématurée ont souvent des problèmes d’anxiété (spécifiquement sur ​​les performances sexuelles ou bien liées à d’autres questions).

Les problèmes relationnels.

Si vous avez eu des relations sexuelles satisfaisantes avec d’autres partenaires et sans problème d’éjaculation prématurée, il est probable que les problèmes interpersonnels entre vous et votre partenaire actuel complique encore plus la situation.

Traitement en homéopathie

On pourra conseiller les traitements qui suivent:

– CALADIUM 9CH:

Lors d’une éjaculation prématurée chez un sujet tabagique. Libido accrue, excitation sexuelle, mais éjaculation sans érection ou coït sans éjaculation. Deux prises par jour.

– CONIUM MACULATUM 9CH:

Lors d’une éjaculation prématurée chez un sujet refoulé mais très excitable. Des problèmes de prostate sont souvent associés, prostatisme, adénome prostatique. Deux prises par jour.

– SELENIUM 9CH:

Lors d’une éjaculation précoce, pollutions nocturnes, troubles de l’érection malgré une conservation de la libido. Vive excitation psychique. Deux prises par jour.

-LYCOPODIUM 9CH :

S’il y a perte de confiance en soi. Deux prises par jour.

En auriculothérapie, on puncture les testicules, la verge mais aussi les glandes surrénales par exemple. En réflexologie on s’attache à traiter les causes, donc l’anxiété.

En hypnose éricksonienne, je travaille sur une détente profonde de tout le corps et l’acceptation de ses faiblesses, pour revenir ensuite sur un terrain plus apaisé et moins de culpabilité.

(Sources: e-sante.fr/wikipedia.org/homeophyto.com)