L’influence du sommeil sur la tension artérielle a récemment fait l’objet d’une étude qui a démontré que le manque de sommeil provoque une augmentation de la tension importante. Chaque heure de sommeil en moins (par rapport à la durée idéale de 8h) augmenterait de 37% le risque de faire de l’hypertension artérielle.

L’augmentation de la tension artérielle liée au manque de sommeil provient en partie du stress, qui n’est dès lors plus tempéré par le repos. Elle peut également résulter de la prise de poids constatée chez les individus dormant trop peu, le surpoids étant en effet un facteur aggravant. 86% des Français assimilent le sommeil à un moment de plaisir, mais 26% de la population seulement estime dormir suffisamment, et le risque est bel et bien présent.

Les risques liés à l’insomnie

Concernant les conséquences d’un manque de sommeil sur la tension artérielle, 46% des Français l’ignorent et 11% vont jusqu’à penser que c’est faux.

Les adultes d’une quarantaine d’années qui dorment peu ont plus de risques que les autres de faire de l’hypertension. Chaque heure de sommeil en moins entraînerait 37% de risques supplémentaires de faire de l’hypertension.

Le manque de sommeil entraine une activité supplémentaire du système nerveux, qui contrôle la façon dont le corps réagit au stress.

Une étude a été menée sur 578 adultes âgés de 40,1 ans en moyenne. Ils dorment en moyenne 6 heures par nuit,  seulement sept d’entre eux (1%) dorment en moyenne huit heures ou plus par nuit. Les chercheurs ont découvert que les personnes dormant le moins couraient significativement plus de risques de faire de l’hypertension.

Dormir moins peut aussi être le signe d’une augmentation de la tension artérielle dans les cinq années à venir.

Au rang des troubles pouvant être provoqués par un manque de sommeil on trouve également le diabète, les maladies cardiovasculaires, les dépressions, les maux de têtes et autres problèmes de mémoire, pour ne citer qu’eux. Une fois de plus, les gens ignorent souvent que le risque de développer ces pathologies augmente à mesure que leur temps de sommeil diminue.

Des études très intéressantes

Selon une étude parue dans la revue Hypertension: Journal of the American Heart Association, les personnes d’âge moyen qui dorment cinq heures ou moins par nuit ont un risque accru d’être hypertendus

« Le sommeil permet au cœur de ralentir et à la pression artérielle de décroître pendant une portion importante de la journée », signale le Docteur James E. Gangwisch du Columbia University Medical Center à New York.  «Les personnes qui dorment peu présentent une pression artérielle et un rythme cardiaque moyens plus élevés sur une période de 24 heures. Cela pourrait inciter le système cardiovasculaire à fonctionner en situation de pression artérielle élevée. »

24 % des participants à l’étude âgés entre 32 et 59 ans qui dormaient quotidiennement cinq heures ou moins étaient hypertendus, comparativement à 12 % des sujets qui dormaient sept ou huit heures. Les sujets qui dormaient cinq heures ou moins étaient toujours plus vulnérables à l’hypertension même après que les chercheurs eurent pris en compte d’autres facteurs de risque comme l’obésité, le diabète, le niveau d’activité physique, la consommation de sel et d’alcool, le tabagisme, la dépression, l’âge, le niveau d’instruction, le sexe et l’origine ethnique.

Une étude américaine montre que les adolescents qui ne dorment pas assez ou d’un mauvais sommeil ont plus de chance de souffrir d’hypertension. Selon cette étude publiée le 19 août dans le journal Circulation, un mauvais sommeil serait même un facteur de risque plus important que le surpoids.
Les chercheurs de l’université de Cleveland ont examiné 238 filles et garçons âgés de 13 à 16 ans, en les questionnant sur leurs habitudes de sommeil. Ils se sont aperçus que 11% d’entre eux dormaient moins de 6h30 par nuit, et que 26% dormaient mal et se réveillaient fréquemment.

Par ailleurs, un adolescent sur sept présentait soit une hypertension, soit une “pré-hypertension”, avec une pression sanguine importante.
Les résultats de l’étude ont montré que les jeunes avec un sommeil inefficace à 85% avaient trois fois plus de chances d’être hypertendus. Les auteurs précisent que le manque de sommeil est un facteur de risque plus déterminant que le surpoids. Une autre étude très récente avait en effet montré le fort lien entre manque de sommeil et surpoids chez les jeunes.

Des résultats qui peuvent concerner de nombreuses personnes car les troubles du sommeil touchent une large partie de la population. Selon l’Institut national de Prévention et d’éducation pour la santé (Inpes), 45% de Français qui ne dorment pas assez.
Différentes études ont montré que le manque de sommeil peut entraîner aussi des problèmes de concentration, ainsi que des risques accidentels liés à la fatigue. Le stress, mais aussi le fait de regarder la télévision très tard le soir, sont à l’origine d’un mauvais sommeil.