La douleur sciatique, couramment appelée « sciatique » ou « cruralgie », est liées à des lésions de la colonne vertébrale. Elles peuvent être handicapantes et nécessitent toujours une consultation médicale. Seules les douleurs sciatiques anciennes et connues peuvent être soulagées en automédication et toujours selon les conseils du médecin.

Si la douleur irradie dans la fesse, le long de l’arrière de la cuisse et jusqu’au bas de la jambe, on parlera de douleur sciatique. Parfois, la douleur passe sur le devant de la cuisse et descend sur le côté de la jambe.

Les causes de la sciatique

La sciatique est une inflammation du nerf sciatique, généralement due à l’irritation d’une de ses racines. Moins fréquente que la lombalgie, la sciatique est souvent liée à une hernie discale. C’est la cause la plus fréquente de sciatique chez l’adulte jeune.

La hernie discale correspond au mouvement d’un disque intervertébral qui comprime le nerf sciatique à sa sortie de la colonne vertébrale. Le disque vient alors comprimer la racine nerveuse sortant entre la quatrième et la cinquième vertèbre lombaire ou celle située entre la cinquième vertèbre lombaire et la première vertèbre sacrée. La compression du nerf entraîne une réaction inflammatoire.

Les femmes enceintes y sont particulièrement sujettes. La lourdeur de leur ventre combinée à une sécrétion accrue de relaxine (une hormone qui assouplit les tissus) peut provoquer une cambrure exagérée de la région lombaire et, conséquemment, une compression des racines du nerf sciatique.

Après 50 ans se produit un vieillissement articulaire qui se caractérise par un épaississement du rebord vertébral, pouvant être déformé par des ostéophytes (excroissances osseuses en pointe aussi appelées ” becs de perroquet ” ). Des modifications comme un pincement, un tassement vertébral ou des ostéophytes peuvent venir irriter le nerf sciatique.

Une des causes connues est aussi l’ostéoporose (déminéralisation osseuse) survenant surtout après la ménopause et se traduisant sur les radios par une transparence accrue du tissu osseux, et des tassements de vertèbres.

La spondylarthrite ankylosante qui se caractérise par une colonne vertébrale rigide, est à l’origine de certaines sciatiques. La colonne vertébrale est déformée par une accentuation de la lordose lombaire (” creux du rein ” ) et une cyphose dorsale aggravée (bosse dans le dos).

Traitement en homéopathie

-si le patient souffre de douleurs dorsales, le traitement préconisé sera à base d’Aconit napel. Remède homéopathique principalement indiqué aux personnes souffrant de névralgie sciatique ayant tendance à s’atténuer au repos ou grâce à la chaleur.

-Si la névralgie sciatique est associée à un stress émotionnel, si la personne souffre de la pathologie lorsqu’elle est exposée au froid et à l’humidité, on donnera Colocynthis.

-Si la névralgie sciatique s’atténue avec l’air frais, on soignera avec du Chlorantum d’ammonium.

-si la névralgie sciatique est installée, on donnera Rhus tox ou Bryonia.

Traitement en réflexologie plantaire

Traiter tous les points de stress (dont le plexus solaire, évidemment), le bassin et toute la colonne vertébrale en insistant sur le coccyx, le sacrum et les lombaires. Vérifier les reins et les glandes surrénales.

Pour toute information complémentaire rdv sur mon site www.reflexologie-janneau.fr ou téléphoner à mon cabinet.

(Sources: pourquoi-docteur.nouvelobs.com/